Les banques ne tiennent pas pour la plupart du temps, les engagements qu’elles doivent vis-à-vis de tous les clients. Certains parmi eux se retrouvent fragilisés. Dans le but de mettre fin à cette pratique, des associations ont décidé de réagir. Il s’agit du magazine 60 millions de consommateurs et l’Union nationale des associations familiales. Elles ont accusé jeudi dernier, des banques qu’elles ont détectées. Pour savoir plus, nous vous invitons à lire cet article.

Banques détectées

C’est à l’issue d’un test qui a marqué la présence d’une centaine de personnes, que huit réseaux bancaires ont été détectés. Ce sont les banques qui ne tiennent pas leurs engagements vis-à-vis des clients dits fragiles. Ces banques détectées sont : BNP-Baribas, Banque Postale, Société Générale, LCL, Caisse d’Épargne, Crédit Mutuel et Crédit Agricole. Toutefois, la fédération française bancaire a contesté ce test.

Bilan accablant

C’est la conséquence du mouvement des ‘’gilets jaunes’’ qui a fait qu’en décembre dernier, les banques ont pris des engagements. Sur demande du président de la République, elles se sont engagées à plafonner les frais bancaires à 25 euros mensuels pour tous les clients fragiles. Engagements auxquels elles n’ont pas tenu selon ce qu’a écrit 60 millions de consommateurs. Le plus accablant, c’est que la fédération bancaire française a réagi dans un communiqué transmis à l’AFP, que les banques ont tenu à leurs engagements. Elle a indiqué que 600 millions d’euros par an de pouvoir d’achat ont été réinjectés auprès des Français.

Détection des clients fragiles

Les deux associations, pour détecter les clients fragiles, ont dit avoir demandé à 104 clients en difficulté, de rencontrer leur conseiller pour obtenir des solutions. Parmi ces clients, 13 sont interdits bancaires, 23 surendettés et 68 perçoivent de 1 000 à 1 800 euros par mois. Ils subissent même des frais d’incidents de plus de 40 euros mensuels depuis trois mois. 78 % de la première catégorie et 91 % de la troisième catégorie ne bénéficient d’aucun plafonnement alors que c’est leur droit d’en bénéficier.