Succédant à celui de la candidature avec la tour Eiffel, l’emblème fait apparaître le visage d’une femme. Il sera commun aux Jeux olympiques et paralympiques, une première.

Ils planchaient dessus depuis un an et demi. Les organisateurs de Paris 2024 ont dévoilé, lundi 21 octobre, le logo des Jeux olympiques et paralympiques lors d’une soirée au Grand Rex, à Paris. Créé par l’agence Royalties-Ecobranding, le nouvel emblème, marque visuelle de la prochaine olympiade, représente une médaille d’or dans laquelle ondule une flamme blanche. Deux symboles universels du sport et de l’olympisme qui, en se confondant, révèlent un visage humain, celui d’une femme, que les organisateurs veulent être celui de Marianne, allégorie de la République française.

« Ce visage incarne notre ambition de mettre les gens au cœur des Jeux », explique Tony Estanguet dans l’édito du dossier de présentation. Des Jeux que le président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) de Paris 2024 souhaite « plus ouverts, plus participatifs, plus inclusifs » et « où le spectateur est aussi acteur ».

Un clin d’œil aux Jeux de 1924

Fini l’emblème avec une tour Eiffel stylisée et polychrome. Il s’agissait, lors de la phase de candidature, de valoriser la ville de Paris et la France. Quoi de mieux, en effet, que d’utiliser la « vieille dame de fer », reconnaissable de Sydney à Edmonton, pour défendre les chances françaises ?

Pour ce nouveau logo, l’objectif était différent : il s’agissait de « raconter notre vision des Jeux que l’on veut porter au monde », explique-t-on au Cojop. Du reste, seules Calgary (1988), Albertville (1992) et Lillehammer (1994) avaient conservé la même identité visuelle de la phase de candidature jusqu’au déroulement des Jeux.

Sous le visage humain du nouveau logo, l’inscription « Paris 2024 », dans une typographie épurée et élégante, renvoie à la période Art déco de l’entre-deux-guerres. Un clin d’œil subtil, un siècle plus tard, aux JO de Paris 1924, lors desquels est apparu pour la première fois un logo.

Enfin, dans la partie inférieure du graphisme, sont représentés les anneaux olympiques et les trois agitos paralympiques (trois traits en forme de vague symbolisant le mouvement, agito signifiant « je bouge » en latin), seule différence visuelle entre les deux événements sportifs. Car c’est la première fois que l’emblème sera commun aux Jeux olympiques et paralympiques.

« Nous voulons proposer un nouveau modèle de Jeux, assure-t-on au Cojop. Nous voulons marquer les esprits, faire mieux que les éditions précédentes. » Une nouvelle identité visuelle pour une ambition affirmée. Reste à savoir maintenant si ce nouveau logo sera bien accueilli et identifiable par le plus grand nombre.