Affaires des sous-marins : Florence Parly dénonce un manque de dialogue au sein des membres de l’OTAN !

La rupture du contrat des sous-marins entre l’Australie et la France continue toujours de faire polémique. Face aux sénateurs ce mercredi, la ministre des Armées s’explique sur le dossier et parle d’inexistence de dialogue au sein des membres de l’OTAN. Toutefois, une sortie de la France de l’Organisation n’est pas envisageable.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Florence Parly (@florenceparly)

Crise de confiance entre deux alliées traditionnelles

Paris ne digère toujours pas l’annulation du contrat de la livraison de 12 sous-marins jaune à Canberra au profit de Washington. Devant le sénat, Florence Parly fustige une fois encore l’attitude des alliées. Pour la ministre, le partenariat stratégique établi entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, au détriment de la livraison de sous-marins français conclue avec Canberra, reflète un « dialogue inexistant au sein de l’Alliance atlantique ».

« L’attitude des États-Unis à l’égard du programme de sous-marins est une nouvelle illustration du constat que nous faisons depuis des mois : aujourd’hui, le dialogue est inexistant au sein de l’Alliance atlantique », a-t-elle fait remarquer. « C’est une rupture de confiance entre alliés», affirme la ministre. Elle dénonce une mauvaise orientation de la de l’OTAN sans une concertation. « La raison d’être de l’OTAN ce n’est pas la confrontation avec la Chine, c’est la sécurité transatlantique », a-t-elle rappelé.

Cependant, elle rassure les sénateur qu’une clarification sera faite lors du prochain sommet de Madrid. Un sommet au cours duquel la politique stratégique de l’alliance sera révisée. « La révision du concept stratégique de l’Alliance prévue lors d’un prochain sommet à Madrid nous permettra de le clarifier et de le faire en cohérence avec la boussole stratégique européenne pour renforcer l’Europe de la défense », a-t-elle souligné.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Florence Parly (@florenceparly)

Sortir de l’OTAN n’est pas encore d’actualité

Au lendemain de la rupture de l’accord avec l’Australie, de nombreux acteurs de la classe politique ont appelé à la sortie de la France de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Par exemple, Jean-Luc Mélenchon déclare « qu’il est temps de cesser de se bercer d’illusions, de refuser la caporalisation, de quitter l’OTAN ». Nicolas Dupont-Aignan parle « atlantisme maladif d’Emmanuel Macron (…) humilié par des pays qui n’ont de respect que pour les Nations libres et indépendantes. »

Le chef de l’État également a tenu des propos acerbes à l’encontre de l’OTAN. Il déclare que l’organisation était dans un état de « mort cérébrale ». Cependant, la ministre des Armées estime que la sortie de l’OTAN n’est pas encore d’actualité. « Cela vaut-il de claquer la porte de l’OTAN ? Je ne le crois pas », souligne-t-elle. Toutefois, lors de cette séance de question et réponse, elle martèle que : « Être allié, ce n’est pas être otage des intérêts de l’autre ».

En effet, l’annulation de ce contrat a entrainé une crise diplomatique entre la France et les États-Unis. Paris a notamment rappelé ses ambassadeurs à Washington et à Canberra. Il a fallu un coup de fil de « clarification » du président américain, Joe Biden à son homologue français pour que Paris décide d’envoyer à nouveau son ambassadeur à Washington.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Affaires des sous-marins : Florence Parly dénonce un manque de dialogue au sein des membres de l’OTAN !