Comment le nombre de « pas » contribue à réduire le risque de mort prématuré !

En termes d’activités, le nombre pas effectué chaque jour est perçu comme une approche de référence. Si certains estiment que l’objectif optimal à atteindre par jour est de 10 000 pas, d’autres mettent la barre un peu plus haute, d’autres encore moins. Mais de tous, le seuil de 7000 pas/jour semble être la bonne référence.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by kenidee leanne 🖤 (@kenideeleanne_)

Prévenir les morts prématurées : 7000 pas/jour : le seuil idéal

Aujourd’hui, avec l’avancée de la technologie, il existe de multiples applications servant à comptabiliser les pas jour après jour. Mais on peut aussi porter un podomètre à la pognée ou à la ceinture. D’une façon ou d’une autre, de nombreuses personnes ont recours à l’un ou l’autre de ces systèmes pour estimer les nombres de pas qu’ils sont censés atteindre.

En effet, la référence classique suggérait d’aller à 10 000 pas. Cependant, une série de recherches récentes révèlent que si ce seuil maintient toujours son intérêt, il ne reste pas du moins dispensable d’aller jusque-là avant de ressentir les réels bénéfices de la « marche » pour la santé.

C’est ce qu’on peut retenir du travail d’une Américaine de l’université de Massachusetts. L’étude s’est portée sur environ 2000 personnes suivies pendant une période d’à peu près onze ans. Âgés de 38 à 50 ans au début (dont 57 % de femmes), les échantillons ont porté des podomètres à intervalles périodiques et pendant des durées variables.

Rappel utile : l’objectif ici en initiant l’étude est de déterminer dans quelles mesures le nombre de pas effectués chaque jour pouvait avoir des effets protecteurs contre la mortalité très prématurée entre 41 et 65 ans, toutes causes y comprises.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by The EnterPrenuer (@zappah__)

Marcher chaque jour est plus efficace que marcher intensément et rarement

Les échantillons considérés dans le cadre de l’étude ont été divisés en trois groupes : faible (moins de 7000), modéré (entre 7000 et 10 000) et élevé (plus de 10 000). L’intensité évaluée par le nombre moyen de pas par minutes a été aussi prise en compte.

Les résultats ont clairement renseigné que contrairement au groupe « faible (- 7000 pas) », les membres du groupe « modéré » et « «élevé » s’exposent à un risque de mortalité que ce soit chez l’homme ou chez la femme. Toutefois, cette association n’a pas d’incidence sur le rythme de la marche, ce qui suppose que l’assiduité est plus importante que l’intensité.

Par ailleurs, si ces résultats ne remettent nullement en cause la nécessité de marcher au pour se garantir une bonne santé, alors, supposent-ils que le seuil des 10 000 pas n’est pas à considérer. La réponse est mitigée, mais ce plafond ne doit pas être une obsession. Le plus important, c’est de pouvoir marcher suffisamment chaque jour (au moins les 7000 pas/jour).

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / Comment le nombre de « pas » contribue à réduire le risque de mort prématuré !