Coronavirus : l’Inserm recrute 25.000 volontaires pour tester des vaccins contre le Covid-19 !

Afin d’obtenir une bonne avancée dans la lutte contre le Covid-19, l’Inserm lance le recrutement de 25.000 volontaires pour tester des vaccins anti-Covid. Cet article vous éclairera sur le sujet.

PHOTO CLAUDE PRIGENT / LE TELEGRAMME. ROSCOFF (29) : ManRos Therapeutics est une entreprise de biotechnologie qui développe de nouveaux traitements dans le traitement de la mucoviscidose , le labo consacre a la recherche sur les molecules .

La actuelle met toute la terre entière en état d’alerte maximal. Même s’il est vrai que les gestes barrières sont efficaces, ils restent des précautions. Pour un retour à une vie normale, il est urgent de trouver une solution radicale. La , à travers l’Inserm, a compris que l’humanité gagnerait cette guerre qu’à travers la découverte d’un vaccin. Un processus qui a débuté par le recrutement de milliers de volontaires.

L’Inserm, l’avant-gardiste de la santé

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est une institution qui se charge des recherches scientifiques sur la santé. L’institut est outillé et agréé par l’Etat français pour agir dans le domaine de la recherche médicale. D’ailleurs, il est de notoriété publique car sa tutelle est gérée par deux ministères français. Il s’agit du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et le ministère des solidarités et de la santé.

View this post on Instagram

Puberté précoce : une piste d’explication pour certains cas ? Jusqu’à aujourd’hui, il était communément admis que c’était l’accélération de la croissance qui déclenchait la puberté. Or, une équipe de recherche de l’@Inserm, du CHU de Lille @chulille et de l’Université de Lille @univ_lille, au sein du laboratoire Lille Neuroscience et Cognition, a découvert chez la souris un mécanisme associé au pic de croissance prépubaire et au déclenchement d’une puberté précoce. Ce mécanisme est régulé par les neurones à GnRH, les chefs d’orchestre de la fertilité, via l’expression de leur protéine Nrp1. Ces travaux, publiés dans The EMBO Journal, remettent en question les connaissances sur les déclencheurs de la puberté et ouvrent la voie à l’étude de ce mécanisme chez l’Homme et à son implication possible dans certains cas de puberté précoce. 👉Pour en savoir plus, consultez notre communiqué de presse via le lien en bio 📄Sources : Neuropilin‐1 expression in GnRH neurons regulates prepubertal weight gain and sexual attraction.Vanacker et. al. The EMBO Journal (2020) 📷Légende de la photo : Les neurones à GnRH (cellules rouges) qui naissent dans le nez utilisent les fibres olfactives (marquage vert et bleu) pour migrer dans le cerveau pendant la vie fœtale. ©European Research Council @erc_research /Agence Nationale de la Recherche Médicale/Métropole Européenne de Lille @metropoledelille #puberté #puberty #croissance #growth #neurones #neurons #microscopy #microscopie #imagerie #imaging #biologie #biology #biomedical #biomedicalscience #lasciencepourlasanté #science #santé #health #instascience #recherche #research #scientificresearch #healthresearch #sciencephotography #inserm #decouverte #communique #pressrelease #information

A post shared by Inserm (@inserm) on

Dirigé par Gilles Bloch depuis 2019, L’Inserm est subdivisé en deux grands volets. Il y a le volet administratif et celui scientifique. En ce qui concerne le personnel de l’institution, on a deux catégories de travailleurs. Il y a tout d’abord les ingénieurs et techniciens puis après les chercheurs. Avec de telles ressources, l’Inserm est donc une firme capable de trouver un vaccin contre le Covid-19. Un processus qui nécessite des volontaires bien évidemment !

L’Inserm recrute des volontaires pour la lutte contre le Covid-19 !

L’Inserm s’est donné comme objectif de trouver un vaccin contre le coronavirus. Une recherche dans laquelle il faudra un investissement médical, scientifique mais également humain. En effet, les chercheurs auront besoin de tester les différents vaccins afin de pouvoir avoir « le » vaccin contre le Covid-19. Pour cela, L’Inserm a lancé un recrutement de 25.000 volontaires. Ces personnes doivent être prêtes à aider la science et donc, ne doivent pas avoir la phobie des aiguilles.

Pour arriver à ses fins, L’Inserm a ouvert une plateforme nommée « Covireivac ». Il s’agit d’un site conçu pour que les personnes désireuses d’être volontaires puissent s’inscrire. Sur la plateforme, on retrouve toutes les informations importantes et un formulaire d’inscription. Cependant, il faut répondre à certaines conditions. Parmi les conditions à remplir, il faut avoir plus de 18 ans d’âge. Les personnes âgées sont également invitées à s’inscrire. Elles sont même la catégorie la plus recherchée car pour le professeur Odile Launay, les personnes âgées seront vaccinées en priorité.

View this post on Instagram

L’imagerie ultrasonore pour résoudre le fonctionnement du cortex visuel L’imagerie ultrasonore ultrarapide a récemment été proposée pour suivre l’activité cérébrale dans la profondeur du cerveau. Cette nouvelle technologie permettrait même de visualiser des structures fonctionnelles aussi fines – que les colonnes corticales du cortex visuel – d’une taille trop petite pour une détection plus traditionnelle par imagerie par résonnance magnétique (IRM). Telles sont les conclusions d’une étude dirigée par Serge Picaud, physiopathologiste à l’Institut de la vision (Sorbonne Université @sorbonne_univ /@Inserm / @CNRS) et Mickael Tanter, physicien au laboratoire Physique pour la médecine (ESPCI Paris – PSL @espciparis / Inserm / CNRS) et directeur de l’ART « Ultrasons biomédicaux ». Les répercussions de leurs travaux, parus le 8 juin 2020 dans la revue PNAS, s’étendent bien au-delà de la compréhension du système visuel. 👉Pour en savoir plus, consultez notre communiqué de presse via le lien en bio 📄Sources : Functional ultrasound imaging of deep visual cortex in awake nonhuman primates. Kévin Blaize, Fabrice Arcizet, Marc Gesnik, Harry Ahnine, Ulisse Ferrari, Thomas Deffieux, Pierre Pouget, Frédéric Chavane, Mathias Fink, José-Alain Sahel, Mickael Tanter, Serge Picaud. Proceedings of the National Academy of Sciences Jun 2020, 117 (25) 14453-14463; DOI: 10.1073/pnas.1916787117 📷Légende de la photo : Colonnes de dominance oculaire dans le cortex visuel du primate non-humain après visualisation par imagerie ultrasonore ultrarapide. ©Kevin Blaize, Institut de la vision, Paris, France #healthtech #biotech #biotechnologie #biotechnology #imagerie #imaging #biologie #biology #biomedical #biomedicalscience #lasciencepourlasanté #science #santé #health #instascience #recherche #research #scientificresearch #healthresearch #sciencephotography #inserm #decouverte #communique #pressrelease #information

A post shared by Inserm (@inserm) on

Des détails sur le projet Covireivac

Les sexagénaires ont été les plus affectés par la pandémie actuelle. Ainsi le vaccin doit aussi donc prendre en compte le fonctionnement de leur métabolisme. Le professeur Olivier Hanon en profite pour rappeler que les personnes âgées de plus de 65 ans font 80% des décès enregistrés. Le projet Covireivac dirige plus d’une vingtaine de centre de recherche clinique dans les CHU partout en France. Cette disposition a pour but de pouvoir atteindre toutes les régions de la France afin que les tests se fassent sur le plan national.

Ces centres d’investigation sont équipés pour tester les volontaires sur place. Ces volontaires ne seront pas rémunérés mais plutôt dédommagés. La loi interdit toute rémunération pour des essais cliniques. Il faut donc retenir que le montant d’indemnisation sera assez bas. Après le recrutement des volontaires, les essais pourront démarrer vers fin 2020 ou début 2021. Selon l’estimation des chercheurs, les premiers résultats seront obtenus six mois après le début des tests.

View this post on Instagram

🧠Canal Détox : Des implants miniatures dans le cerveau pour rétablir la motricité, vraiment ? Le coup de communication d’Elon Musk à propos de son nouvel implant cérébral apporte peu de nouveauté sur le plan scientifique, mais s’inscrit dans un contexte de recherche très dynamique portant sur les interfaces cerveau-machine. L@'Inserm fait le point dans son nouveau Canal Détox, à lire en intégralité via le lien en bio. 👉Retrouvez aussi tous nos articles et vidéos Canal Détox sur presse.inserm.fr rubrique "Canal Détox" et les vidéos sur notre chaîne YouTube ! 📷Légende de la photo : De récents travaux ont documenté la possibilité d’enregistrer l’activité électrique de milliers de neurones différents dans plusieurs régions du cerveau. Ici, trajectoire de récepteurs diffusant dans la membrane et s’accumulant aux synapses. ©Inserm/Delapierre, Patrick #canaldetox #canaldétox #fakenews #faussesinformations #debunkage #factchecking #decryptage #implants #neurologie #neurology #imagerie #imaging #biologie #biology #biomedical #biomedicalscience #lasciencepourlasanté #science #santé #health #instascience #instasante #recherche #research #scientificresearch #healthresearch #sciencephotography #inserm

A post shared by Inserm (@inserm) on


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.