Apple, Amazon, Netflix et autres réduisent la bande passante en Europe

Le logo Apple aux Pays-Bas. (photo: Medhat Dawoud)

Les géants des médias sociaux Facebook et Instagram, avec Apple et Amazon, sont les dernières entreprises à limiter volontairement leur contenu vidéo pour conserver la bande passante alors que l’Europe lutte contre la pandémie de coronavirus (COVID-19).

En réduisant intentionnellement la qualité de leurs vidéos, les sociétés cotées (avec Netflix, YouTube et Disney +, qui avaient déjà commencé à le faire) contribuent à minimiser la congestion du réseau en Europe. En raison des fermetures obligatoires et des auto-quarantaines volontaires, une partie substantielle de la population européenne reste à l’intérieur et utilise Internet. Sans étranglement, le Web pourrait très bien être submergé et arrêté presque à la vitesse.

La semaine dernière, des responsables de l’Union européenne ont demandé aux principales sociétés de streaming et de technologie d’étrangler leur contenu, afin d’éviter que le ralentissement potentiel d’Internet ne devienne une réalité. Selon les données d’un système qui surveille les vitesses Internet moyennes des pays, la majorité des États européens n’ont pas encore connu de diminution de la bande passante. Néanmoins, le contenu vidéo des marques susmentionnées jouera désormais en définition standard, et il n’est pas clair pour le moment à quel moment les mesures de limitation cesseront ou si des limites de qualité similaires s’appliqueront finalement au streaming américain.

Mis à part la Chine, d’où est originaire le COVID-19, et l’Iran, qui a mis du temps à établir des directives de sécurité publique et qui n’a pas l’infrastructure sanitaire des pays développés, le coronavirus a frappé l’Europe particulièrement durement.

Les quelque 136 000 cas de COVID-19 en Italie, en Espagne, en Allemagne et en France représentent près de 40% du total des diagnostics dans le monde. Plus malheureusement, les décès dus au COVID-19 en Italie et en Espagne, qui ont une population combinée d’environ 107 millions de personnes, représentent 50% du total des décès dus au COVID-19 à ce jour.

En réponse à la crise sanitaire sans précédent, l’Italie, l’Espagne et la France ont mis en place des fermetures à l’échelle nationale, et les États allemands ont resserré les restrictions sur les rassemblements et activités publics.

Les États-Unis, pour leur part, ont vu de nombreux États et gouvernements locaux mettre en œuvre des interdictions de rassemblement de grande envergure et des ordonnances de séjour à domicile pour freiner la propagation du coronavirus. La semaine dernière, le gouvernement fédéral a appelé à une initiative de distanciation sociale de 15 jours, menée par des mesures étatiques et locales, pour réduire la prévalence du COVID-19.

Le président Trump et les représentants du gouvernement devraient évaluer la situation des coronavirus et l’ordre de distanciation sociale à la fin de la période de 15 jours.