Donald Trump veut reporter l’élection présidentielle pour rester président ! Que va-t-il se passer ?

Le président des États-Unis aurait évoqué à plusieurs reprises l’éventualité d’un report des prochaines élections présidentielles américaines.

Donald Trump
Source : France 5

Toutefois, peut-il réellement mettre ses menaces à exécution ? Il semblerait qu’il risque de se heurter à de nombreux obstacles s’il souhaite parvenir à ses fins. Notamment celui de la Constitution de son propre pays.

L’élection présidentielle va-t-elle réellement être reportée ?

C’est dans un tweet publié ce jeudi 30 juillet 2020, sur le réseau social de prédilection du président américain, que aurait pour la première fois fait mention de l’éventualité d’un report des prochaines élections présidentielles américaines. C’est sans la moindre preuve, qu’il met en avant d’importants risques de fraudes qui seraient favorisés par l’épidémie de Covid-19 qui touche l’ensemble du monde.

Dans sa publication, il évoque le fait que le vote par correspondance ferait de cette élection 2020, la plus frauduleuse et inexacte de l’histoire du pays. Il aurait même été jusqu’à mentionner le fait que ce serait une véritable honte pour les États-Unis. Il souhaiterait alors reporter les élections jusqu’à ce que les citoyens américains puissent voter normalement et en toute sécurité.

Faisant suite à la crise sanitaire qui touche le pays, plusieurs états américains auraient déjà formulé la demande d’une mise en place d’aménagement particulier en marge du scrutin national afin de limiter au maximum les risques de propagation du coronavirus à leurs populations.

Le vote par courrier, qui est un système de vote ayant été instauré depuis plusieurs années déjà et qui n’aurait jamais débouché sur des problèmes majeurs, pourrait alors être plébiscité dans le cadre de cette élection. La sécurité des concitoyens serait alors une priorité pour le pays qui compte déjà plus de 4,4 millions de cas recensés pour plus de 150 000 décès.

Si Donald Trump met en avant la possibilité d’élections frauduleuses, il ne faudrait toutefois pas ignorer le fait que son tweet soit simplement un refus de son éventuelle défaite à venir. Dès la fin avril, son principal adversaire dans cette élection présidentielle, le démocrate Joe Biden, aurait déjà prédit le fait que le président actuel ferait tout son possible pour reporter l’élection.

En agissant de cette manière, Donald Trump pourrait préparer ses collaborateurs et autres soutiens à douter de la légitimité des résultats du vote en cas de défaite lors des résultats de l’élection en novembre prochain.

L’obstacle constitutionnel : un problème de taille pour le report des élections

Si Donald Trump souhaite un report des prochaines élections présidentielles, il ne faut toutefois pas oublier que cette décision de lui ne revient absolument pas. En effet, d’après la Constitution des États-Unis, le pouvoir de fixer ou de modifier la date des prochaines élections américaines revient uniquement à la décision du Congrès.

Les législateurs de ce dernier auraient par ailleurs affirmé, peu de temps après le tweet de Donald Trump, qu’un report des élections n’était absolument pas envisagé dans l’état actuel de la situation du pays.

De plus, d’après le 20e amendement de cette même Constitution, les dates des élections présidentielles sont régies par un calendrier extrêmement strict qui ne permet pas la modification. Ainsi, il est possible d’y lire que les mandats du président et de son vice-président prendront fin le 20 janvier 2021 à midi. Il n’est donc pas possible que ces mandats puissent être poursuivis à une date ultérieure.

Enfin, une loi datant de 1948 viendrait renforcer le texte fondateur et ses contraintes de temps en imposant que l’élection présidentielle américaine se tienne toujours le mardi suivant le premier lundi de novembre, et ce toutes les quatre années suivant l’élection d’un président et d’un vice-président. Ainsi, bien que le président américain tente de faire reporter les prochaines élections, il se heurte à un obstacle de taille du fait qu’il ne possède pas de pouvoir décisionnel concernant un éventuel report.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.