collecte nette de 11,6 milliards d’euros au premier trimestre (+ 45%)

Premier trimestre positif pour le entrées nettes de réseaux de conseil financier, qui s’élève à 11,6 milliards d’euros, avec une augmentation de 11,1% par rapport au trimestre précédent et une augmentation annuelle de 45,6%.

Ce sont les données publiées aujourd’hui par Assoreti ce qui montre que le bilan trimestriel du secteur de la gestion d’actifs est presque en équilibre avec une collecte positive de 88 millions d’euros.

Le résultat est conditionné par la désinvestissements effectués en mars, tirée par la crise économique et financière provoquée par la pandémie COVID-19.

le les états financiers, en revanche, sont particulièrement positifs pour le secteur administré, sur lequel 11,5 milliards d’euros de ressources nettes ont coulé, principalement sur des comptes de dépôt.

Un signe positif aussi pour gestion individuelle et pour le secteur des assurances / sécurité sociale, avec des investissements nets dans les GPF, le likend unit et les politiques multi-branches en hausse par rapport au premier trimestre 2019, tandis que la levée de fonds nette directe est négative, en raison des rachats effectués en mars.

Important le volume des investissements nets réalisés en actions et titres certifiés, mais le flux plus important de ressources concerne les comptes courants et les dépôts entre les désinvestissements des autres composantes du portefeuille et, surtout, l’acquisition de nouveaux clients; en effet, le seuil de 4,5 millions de clients (+ 1,1%) a été dépassé avec 71 000 nouvelles entrées au cours des trois premiers mois.

Épargne gérée: les produits d’assurance brillent

Dans le domaine de l’épargne gérée, l’analyse par macro type de produit met en évidence la ralentissement cyclique pour toutes les classes d’actifs; la prévalence décidée des rachats sur les organismes d’épargne collective, tandis que les volumes de collecte sont maintenus en territoire positif tant sur les produits assurance / pension à la fois sur la gestion d’actifs individuels.

Dépôts nets directs effectués sur des OPCVM il est négatif pour 2,4 milliards d’euros; les comptes trimestriels sont fortement impactés par les désinvestissements effectués en mars (-2,8 milliards d’euros), qui ont conduit à s’écarter de manière décisive des résultats enregistrés au trimestre précédent (3,0 milliards) mais également de ceux des trois premiers mois en 2019, lorsque les mouvements d’entrée et de sortie avaient tendance à atteindre l’équilibre (4 millions).

LE sorties nettes de ressources ils se concentrent principalement sur des OPCVM à capital variable établis en droit étranger et peuvent être quantifiés à un peu plus de 2,1 milliards d’euros, dont environ 1,7 milliard en gestion collective «traditionnelle» et 403 millions en fonds de fonds.

Le bilan est également négatif pour fonds de droit italien (- 546 millions d’euros) dont la prévalence des rachats est enregistrée sur tous les mois du trimestre, contrairement à la gestion collective domiciliée à l’étranger pour laquelle le résultat négatif est exclusivement imputable aux mouvements du mois de mars.

Dans le fonds fermés, Les entrées nettes sur la gestion collective de titres ont par contre été positives pour 310 millions d’euros et ont été entièrement réalisées au cours des deux premiers mois. Le résultat est cependant en croissance par rapport à la même période de 2019 (+ 74,4%) mais en baisse par rapport au trimestre précédent (-24,0%).

la prévalence des rachats se retrouve pour presque toutes les catégories d’investissement, résultant, dans l’ensemble, plus cohérent pour les fonds flexibles (-1,2 milliard d’euros), et plus particulièrement pour ceux de droit étranger (-1,1 milliard), et en supposant des volumes plus faibles pour les fonds actions (- 662 millions, dont -480 millions sur fonds étrangers), pour les fonds équilibrés (-634 millions, dont -589 millions sur fonds étrangers) et pour les fonds obligataires (-492 millions, dont -237 millions sur fonds étrangers) . Les fonds obligataires étrangers (130 millions), les fonds étrangers (86 millions) et les fonds flexibles italiens (6 millions) diffèrent de la tendance sortante générale.

Catégories Economie