Le Mexique à la recherche d’alternatives pour la reprise économique

Dans la partie industrielle, la reprise économique devrait se concentrer dans un premier temps sur la relance de la production automobile et des autres biens de consommation durables; De même, la relance de l’économie sera réalisée, d’abord, grâce à une utilisation accrue des capacités installées et au besoin croissant de créer, développer et renforcer des chaînes d’approvisionnement nationales, basées sur le développement de technologies propriétaires, efforts auxquels Ils doivent ajouter des programmes d’investissement publics et privés pour augmenter la base productive du pays.

La reprise doit tenir compte de l’accentuation des différences extrêmes de pauvreté et de richesse qui existent au Mexique et que cette pandémie s’est aggravée. L’agriculture, l’élevage, les transports, l’électricité, les ports sont des activités, entre autres, dont la promotion ne pourra pas être reportée au risque de ralentir la croissance ultérieure de l’économie dans son ensemble, notamment si le décalage est pris en compte. de l’investissement dans les premières années de cette administration et de la caractéristique de frein et d’accélération que la politique économique a mis en œuvre en 2019 et une partie de 2020. Si ces activités ne sont pas accompagnées d’opportunités, l’expansion des secteurs déclarée prioritaire pour développement national.

10 emplois à considérer dans votre entreprise après la pandémie

Il convient de noter la permanence de larges groupes sociaux dans le chômage et le sous-emploi, ainsi que la concentration des revenus qui accompagnera cette reprise partielle. Une dégradation sensible de la qualité de l’emploi est également attendue, par exemple; Le travail informel est la source de revenus pour de nombreux ménages, environ 57%, une situation qui affecte les groupes les plus vulnérables.

Le pays doit configurer une nouvelle structure de relations économiques qui donnera la viabilité de la croissance à long terme. L’urgence devient plus claire si l’on ajoute, d’une part, l’expansion des carences sociales et, d’autre part, l’engagement pris par l’État concernant le développement des réformes économiques et sociales.

AVIS: Comment rendre les PME plus productives face à la crise économique

Il n’y aura pas de progrès vers la reprise économique du pays, tant que le gouvernement et le secteur privé insisteront pour s’imposer mutuellement.

La maturité institutionnelle est nécessaire pour repenser un modèle de croissance économique redistributive et solidaire, qui consolide également les dimensions sociales et environnementales du pays dans son ensemble.

Note de l’éditeur: Juan Alberto González Piñón est directeur de Spark UP et universitaire à la Business School de l’Universidad Panamericana. Suivez-le sur LinkedIn. Les opinions exprimées dans cette colonne correspondent exclusivement à l’auteur.

Voir plus d’informations à ce sujet et d’autres sujets sur la chaîne d’opinion

Catégories Economie