Les avertissements sur les bénéfices des détaillants au premier trimestre de 2020 dépassent 2019

Par rapport à la même période l’an dernier, le nombre d’avertissements émis par le secteur de la vente au détail FTSE au cours du premier trimestre de 2020 a plus que triplé // De nouvelles recherches ont révélé que les détaillants FTSE ont émis 38 avertissements de bénéfices au cours des 3 premiers mois de 2020 // 28 du les avertissements émis par les détaillants cotés ont cité Covid-19

Les détaillants FTSE ont émis 38 avertissements de bénéfices au cours des trois premiers mois de 2020, dépassant le nombre total enregistré dans le secteur en 2019, selon une nouvelle étude.

Selon le dernier rapport sur les avertissements de profit d’EY, 28 des avertissements émis par les détaillants cotés ont cité Covid-19, de nombreuses entreprises connaissant un ralentissement brutal en raison de la crise.

Par rapport à la même période de l’année dernière, le nombre d’avertissements émis par le secteur de la vente au détail FTSE au premier trimestre 2020 a plus que triplé par rapport à 11.

LIRE LA SUITE:

Bien que 77% des avertissements sur les bénéfices au Royaume-Uni aient blâmé Covid-19 au premier trimestre de 2020, EY a déclaré que «des parties importantes du Royaume-Uni» étaient en difficulté avant la pandémie.

En janvier 2020, EY a enregistré que les avertissements au Royaume-Uni avaient augmenté de 43% sur un an, tandis que fin février, les détaillants FTSE annonçaient une dégradation importante de leurs attentes de bénéfices.

« Un certain nombre de détaillants sont entrés en 2020 déjà aux prises avec d’importantes pressions structurelles à long terme, qui ont été exacerbées par l’impact de Covid-19 et des mesures de verrouillage », a déclaré Julie Carlyle, chef de la distribution au Royaume-Uni et en Irlande d’EY.

«Avec l’augmentation des pressions financières et de nouveaux changements dans le comportement des consommateurs, nous nous attendons à ce que ces défis structurels s’accélèrent.

«De nombreux détaillants avertis ont réagi à la crise en modifiant rapidement leurs opérations en ligne.

«D’autres ont profité de l’occasion pour repenser leur portefeuille de magasins ou leur modèle d’entreprise. Ceux qui donnent confiance à leurs clients et engendrent la confiance avec un comportement positif, y compris en soutenant la communauté, verront probablement l’avantage de la bonne volonté des consommateurs à plus long terme. »

Pendant ce temps, le rapport a également constaté que les «détaillants spécialisés» – 13 d’entre eux – ont émis le plus d’avertissements de profit dans le secteur des détaillants FTSE au cours de la période, suivis par les détaillants de vêtements et les détaillants de rénovation domiciliaire – tous deux émettant 10.

La partenaire de restructuration d’EY, Lisa Ashe, a déclaré: «Nous savons, lors des crises précédentes, que l’un des plus grands tests survient lorsque les entreprises doivent refondre les bilans, réapprovisionner leurs stocks et dépendre de chaînes d’approvisionnement qui ont été testées de manière similaire.»

«Cette fois, les entreprises sont confrontées à un ensemble unique de défis supplémentaires alors qu’elles s’efforcent de préserver la continuité des activités et la santé des employés et des clients.

«Il est sage que les entreprises adoptent une approche lente et régulière pour redémarrer les opérations, ce qui permet une certaine flexibilité, afin qu’elles puissent réagir à l’incertitude continue pendant un certain temps.»

EY s’attend à ce que le nombre d’avertissements sur les bénéfices au Royaume-Uni diminue, mais que les niveaux de détresse augmentent – «avec les échos de 2008 à 2009 et les conséquences de la crise financière».

Cliquez ici pour vous inscrire à la newsletter gratuite quotidienne de Retail Gazette

Catégories Economie