Natixis cessera de financer les sociétés pétrolières et charbonnières

Natixis a annoncé cette semaine qu’elle cesserait de financer les compagnies pétrolières et les industries du charbon thermique.

Le cabinet a précisé que cette décision s’inscrit dans sa politique de transition énergétique et climatique.

Sur la base de ces nouveaux engagements, la filiale du groupe bancaire français BPCE ne financera plus les projets dédiés à l’exploration et la production de pétrole et de gaz de schiste, ni les sociétés qui participent activement à ces domaines.

En revanche, il a fixé son calendrier de sortie de l’industrie du charbon thermique en 2030 dans les pays de l’Union européenne et de l’OCDE, et d’ici 2040 dans le reste du monde.

En outre, il a indiqué qu’il ne soutiendrait pas les entreprises qui développent de nouvelles capacités de production d’électricité à partir de sociétés d’extraction de charbon ou de charbon thermique.

En octobre 2015, Natixis a cessé de financer tous les projets liés à l’industrie thermique du charbon et a resserré il y a un an ses critères de financement dans le but d’exclure les sociétés dont l’activité dépend de plus de 25% de charbon thermique en tout le monde.

En 2017, Natixis a clôturé le financement de projets et d’entreprises dédiés à l’extraction de pétrole des sables bitumineux et du pétrole lourd.

Cette échéance pour le retrait total de l’industrie thermique du charbon est conforme au scénario de la Convention internationale pour le développement durable de l’Agence de l’énergie (AIE).

François Riahi, PDG de Natixis, a expliqué que «la crise liée à Covid-19 devrait être l’occasion d’accélérer la transition énergétique pour limiter le réchauffement climatique. Natixis a pris ces engagements dans le but de continuer à accompagner ses clients dans la transition à long terme de leurs mix métiers et de leur apporter des solutions financières concrètes et innovantes. »

Catégories Economie