Emmanuel Macron sera réélu par un jeu d’extrême justesse, Pierre Mazeaud enlève ses gants ! 

Pierre Mazeaud, c’est l’une des bibliothèques encore vivantes de la cinquième République. Ancien député de la cinquième République, figure proéminente du gaullisme, l’ancien président du Conseil Constitutionnel revient sur l’évolution de l’actualité politique. Il dit regretter l’absence d’hommes d’État et très inquiète pour la droite. C’était à l’occasion d’une intervient très passionnante qu’il a accordée à cœur joie à Le Point.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Le quinquennat d’Emmanuel Macron passé à la loupe de Mazeaud

En remontant aux circonstances ayant conduit le chef de l’État à la magistrature suprême, l’ancien président du Conseil Constitutionnel a reconnu l’intelligence et l’aptitude d’Emmanuel Macron a saisi une occasion. « Il a compris en 2017 que les partis politiques ne fonctionnaient plus. Il est intelligent, il a foncé et il a été élu », a-t-il déclaré. Mais à l’intelligence, il ne fallait pas s’en tenir, puisqu’il faut de l’expérience, ce qui manquait à M. Macron, pour n’avoir « jamais vécu une élection avant et n’avait pas de parti politique ».  Il poursuit : « il n’avait rien sauf quelques amis qui lui ont été fidèles, mais qui n’ont pas une très grande valeur politique »

Au mieux, pour réussir son quinquennat, ils pouvaient se séparer de ces compagnons d’infortune, comme le général de Gaulle, quand tous les hommes de la France Libre, même les héros voulaient entrer au gouvernement.  « Il n’en est pas question. Soyez députés, on verra après », leur avait-il opposé.

Sur une autre lancée, Pierre Mazeaud déplore la distance du président avec les Français. « Il lui manque un mandat local. Alors oui, dans ses déplacements, il voit les Français, il serre des mains. Mais serrer des mains, ce n’est pas voir les gens. Le président est beaucoup trop important dans la démocratie française. Dans la Constitution, je le rappelle, il y a un article qui précise que c’est le gouvernement qui détermine et conduit la politique du pays. Le candidat fait connaître ce qu’il veut faire ; le président donne les grandes orientations », a-t-il déclaré.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Regard sur la droite : « Emmanuel Macron sera réélu de justesse »

Pour le gaulliste, la réélection de l’actuel chef d’État ne fait plus l’ombre d’aucun doute. Au contraire, il ne pense voir aucun des candidats LR accéder à l’Élysée en avril prochain. Il reconnait néanmoins les qualités de Valérie Pécresse qu’il a connue au Conseil d’État.  « C’est une très bonne juriste et c’est une bonne présidente de région. Elle est intelligente et elle a de l’expérience », a-t-il magnifié.

Il poursuit, avec un autre favori de LR, « Xavier Bertrand, c’est un homme qui connaît le terrain et qui a réussi dans les Hauts de France. C’est un travailleur et qui sait parler avec les gens. Il connaît la France ». Mais la candidature de l’ancien commissaire européen ne lui inspire aucune certitude.

« Je ne vois pas Michel Barnier, le Kennedy français, être élu. On dit qu’il a réussi le Brexit. Il a totalement échoué : les Anglais continuent leur politique millénaire. Il a un argument énorme : les Jeux olympiques d’Albertville. Mais c’est un peu loin… Je pense qu’aucun des candidats LR ne sera élu président de la République », a-t-il avancé.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Emmanuel Macron sera réélu par un jeu d’extrême justesse, Pierre Mazeaud enlève ses gants !