Eric Zemmour créé l’émeute à Nantes, des échauffourées entre la police et des manifestants !  

Alors qu’il poursuit la tournée promotionnelle de son dernier livre à Nantes, le polémiste a été accueilli, ce 30 octobre 2021, par un comité hostile. En début d’après-midi, sur le parking d’Atlantis, à Saint-Herblain, environ 600 personnes se sont rassemblées pour s’opposer à l’arrivée de l’auteur de l’auteur de La France n’a pas encore dit son dernier mot. Un cordon de gendarmes mobile a été déployé, des incartades ont eu lieu entre force de l’ordre et contestataires.

Un gros dispositif sécuritaire mis en place par la préfecture

Sur les 600 manifestants ayant répondu à l’appel à manifestation du collectif Nantes révoltée, une partie a réussi à accéder à l’enceinte de la salle de réunion, à bloquer une porte et à forcer les grilles, selon l’AFP. Parmi les manifestants, il y avait des membres de la CNT, des militants du PCF, des gilets jaunes et plusieurs personnes arborant des drapeaux anarchistes.

Pour prévenir une possible dégénération, la préfecture avait fermé la passerelle reliant le Zénith à la zone d’Atlantis. Malgré cela, un petit groupe est arrivé à s’approcher de la salle en traversant la nationale, n’ayant pas crainte de l’important dispositif sécuritaire, en place. Les forces de l’ordre ont été donc obligées de faire usage du gaz lacrymogène pour faire reculer les manifestants hostiles qui n’étaient qu’à quelques centaines de mètres de plusieurs dizaines de sympathisants d’Eric Zemmour. « Zemmour à mort, à mort les fachos », criaient certains manifestants.

« On sait qui était Joseph Staline, on sait les centaines de milliers de morts qu’il a provoqués, ces gens-là ne sont que leurs lointains descendants », a réagi Eric Zemmour aux journalistes, selon des images retransmises par BFM TV.

Par ailleurs, la préfecture de Loire-Atlantique a de son côté, confirmé la présence de « 650 personnes dont 150 ultra gauches et gilets jaunes particulièrement animés d’une envie d’en découdre avec la réunion de M. Zemmour ».

Des mouvements d’hostilité se multiplient contre le polémiste

A Nantes, ce samedi, « Plusieurs assauts contre les forces de l’ordre » ont eu lieu, selon la préfecture qui a évoqué la « dégradation d’un véhicule de police », et « une tentative de jet de bouteille sur un autre ». Un membre « des forces de l’ordre a été blessé lors d’un franchissement », a annoncé la préfecture. Pour l’heure, « aucune interpellation n’a été opérée (…) mais un travail d’enquête et d’identification » est désormais en cours.

La veille de sa descente, des affiches hostiles avaient colonisé les murs de Nantes. Sur l’une, Eric Zemmour était dessiné avec la légende « Wanted » tandis qu’une autre véhiculait un message d’appel à venir manifester « contre le fascisme ». Après ce qu’il qualifie d’« appels au meurtre contre Éric Zemmou », son avocat, Maître Olivier Pardo, a annoncé avoir saisi le procureur de la République.

Curieusement, les déplacements du polémiste semblent provoquer de plus en plus de mouvement de colère. Quelques jours plus tôt, son entourage qui avait des difficultés à trouver un cadre idéal pour son meeting-dédicace en région bretonne avait dû annuler l’évènement. En début de semaine, à Biarritz l’ex-éditorialiste venu présenter son ouvrage avait été accueilli par « 1500 fans, ainsi que 300 militants qui tenaient à exprimer leur désapprobation et leur colère ». Même son de cloche en Corse où des altercations avaient éclaté entre sympathisants et anti-Zemmour.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Eric Zemmour créé l’émeute à Nantes, des échauffourées entre la police et des manifestants !