Des vandales profanent une église catholique dans le nord de la France

L’église du village de Saint-Remy, dans le nord de la France, a été retrouvée vandalisée vendredi malgré un verrouillage du coronavirus confinant les gens chez eux.

Le maire de la ville de Marly-Gomont, Dominique Delache, a posté un message sur sa page Facebook pour dire qu’il était «très en colère» d’avoir découvert l’église vandalisée, dans laquelle il note que «la porte a été cassée, la bougie de Pâques détruite , le microphone a été arraché et un extincteur a frappé et aspergé dans toute l’église. »

«C’est un manque de respect qui me choque profondément», a ajouté le maire, avant d’annoncer que jusqu’à nouvel ordre, l’église restera fermée car «le nettoyage est compliqué».

Les photos ci-dessous, fournies via Facebook, donnent une indication des dommages subis.

Un autel de l’église Saint-Rémy profané par des vandales.

Intérieur de l’église de Saint Rémy.

Porte forcée pour permettre aux vandales d'entrer dans l'église Saint-Rémy.

Porte forcée pour permettre aux vandales d’entrer dans l’église Saint-Rémy.

Selon le maire, c’était la deuxième fois que l’église était ciblée au milieu de la nuit au cours des deux dernières années.

L’Europe a connu un nombre croissant d’actes de vandalisme et de profanation de sites chrétiens, le plus grand nombre de ces actes se produisant en France, où des églises, des écoles, des cimetières et des monuments «sont vandalisés, profanés et brûlés à un taux moyen de trois par jour », selon des rapports tirés des statistiques gouvernementales.

Les églises françaises et autres monuments chrétiens sont de plus en plus attaqués, avec une moyenne de près de trois églises par jour ciblées pour vandalisme au cours des trois dernières années.

Suivez @tdwilliamsrome

Catégories France