Une mosquée menace une action en justice si son ouverture n’est pas autorisée pendant le Ramadan

La Grande Mosquée de Paris a menacé de porter plainte contre le gouvernement français pour discrimination s’il n’était pas autorisé à s’ouvrir aux fidèles avant la fin du Ramadan.

Le chef de la Grande Mosquée Chems-Eddine Hafiz a exprimé sa colère face à l’annonce selon laquelle les mosquées, églises et autres lieux de culte fermés en raison du coronavirus de Wuhan ne seraient pas ouverts avant le 29 mai, plusieurs jours après la fin du mois sacré musulman .

M. Hafiz, qui est également avocat, a appelé le gouvernement du président Emmanuel Macron à ouvrir des lieux de culte le 24 mai pour coïncider avec la fête islamique de l’Aïd pour célébrer la fin du Ramadan et a déclaré qu’une action en justice serait engagée autrement, rapporte Le Figaro. .

“La fête de l’Aïd qui clôt le mois sacré du Ramadan est aussi importante que la Pentecôte juive ou chrétienne”, a-t-il dit et a ajouté qu’il était prêt à “utiliser tous les moyens légaux pour défendre les intérêts moraux des musulmans en France”.

La Pentecôte, également appelée Pentecôte, a lieu le 31 mai, deux jours après la levée des mesures de verrouillage des lieux de culte. Alors que la fête juive de Chavouot commence au coucher du soleil le 28 mai et se termine au coucher du soleil le 30 mai. Selon Hafiz, le moment de la levée du verrouillage était «de facto excluant le culte musulman».

«Les musulmans, liés à la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (GMP), que j’ai l’honneur de représenter, ne comprendraient pas cette mesure injuste des« doubles standards », la fête de l’Aïd étant séparée de la Pentecôte juive et chrétienne en seulement quatre jours », a-t-il ajouté.

De nombreux autres pays ont interdit le culte lors de leurs propres mesures de verrouillage des coronavirus, mais certains ont fait des concessions aux musulmans en autorisant la diffusion de l’appel islamique à la prière pendant le mois de Ramadan.

En Allemagne, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel et plusieurs autres partis ont soutenu la diffusion publique de l’appel musulman à la prière.

Le porte-parole de la politique religieuse de la CDU, Christoph de Vries, a fait valoir qu’il “considère donc que l’autorisation temporaire de permettre l’appel à la prière comme un signe symbolique de solidarité et de terrain d’entente est justifiable”.

Au Canada, la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, a également modifié les règlements locaux pour permettre la diffusion, affirmant que cette décision «inspirera, familiarisera et réconfortera la communauté musulmane de notre ville en cette période difficile».

Suivez Chris Tomlinson sur Twitter à @TomlinsonCJ ou par courriel à ctomlinson (at) breitbart.com

Catégories France