HelloWork réunit ses plateformes de recrutement et mise sur la transparence

Début mai, HelloWork Group a fusionné l’ensemble de ses plateformes de recrutement pour mettre en ligne hellowork.com. Une plateforme unique, plus lisible, avec des ambitions avouées d’avoir un impact sur les pratiques des recruteurs dans les mois à venir.

Record d’audience d’ores et déjà battu

David Beaurepaire, directeur délégué d’HelloWork Group, l’annonçait au lendemain de la fusion : début mai, la nouvelle plateforme a d’ores et déjà battu le record d’audience et de candidatures sur 24h établi précédemment par les sites régionaux agrégés. Un record de bon augure qui vient s’ajouter à la liste de chiffres déjà au beau fixe.

Hello Work
© Laurent Guizard 2022

Pour preuve, en 2021, le montant des commandes du groupe s’élevait à 71 millions d’euros. En mars 2021, les plateformes régionales, ParisJob et Cadreo avaient déjà réuni 5,7 millions de Visiteurs Uniques selon les chiffres Médiamétrie. Chaque mois, 30 000 professionnels utilisent les services HelloWork et génèrent plus de 4 400 recrutements et 300 formations par jour*.

Parallèlement, les équipes s’étoffent à un rythme soutenu : HelloWork Group compte aujourd’hui plus de 430 collaborateurs, avec 150 recrutements lancés pour l’année 2022. Depuis le mois de janvier, 70 personnes ont rejoint le groupe, notamment pour renforcer les équipes techniques et commerciales.

Un acteur incontournable du monde du recrutement, de la formation et de l’orientation

HelloWork Group accompagne les actifs tout au long de leur vie pro : l’orientation, en début de parcours avec la plateforme Diplomeo, dédiée à la formation initiale, la formation pro avec MaFormation, et la recherche d’emploi avec la toute nouvelle plateforme unique hellowork.com. Les clients du groupe bénéficient en conséquence d’une audience qualifiée aux requêtes intentionnistes, ainsi que des services et produits développés par les différentes équipes : sites carrière, matching CV, programmatique RH, forums de recrutement… Sans oublier la plateforme de cooptation, HelloWork ayant annoncé le rachat de la start-up Basile au courant du mois d’avril : « Avec Basile, le groupe HelloWork poursuit son projet d’offrir aux recruteurs les meilleurs outils RH pour simplifier leur quotidien et leur proposer les solutions les plus efficaces », a commenté David Beaurepaire.

Une nouvelle plateforme pour aider chacun à choisir un job, une entreprise ou une formation

Interrogé par BDM, le directeur délégué a expliqué au média des professionnels du digital que « le fait d’avoir plusieurs marques commençait à devenir un frein (…) certains leviers d’acquisition se retrouvent de facto limités par cette fragmentation ». Il estime par ailleurs qu’HelloWork Group avait besoin « d’une notoriété de marque plus forte pour aller encore plus loin. » D’où le projet désormais mené à bien d’abandonner les noms historiques « au profit d’une seule et même marque : HelloWork. »

Un autre objectif est au cœur du travail des équipes HelloWork : faire en sorte que le process de recrutement soit plus transparent, avec de nouvelles exigences calquées sur celles du e-commerce. Commander un article sans en connaître le prix ne viendrait à l’idée d’aucun consommateur, pourquoi attendre des candidats qu’ils postulent à une offre sans connaître le salaire proposé ? Et la rémunération n’est pas le seul sujet visé par cette volonté de transparence : un candidat qui répond à une offre se trouve souvent confronté à une boîte noire des plus inconfortables. Il ne sait pas si le recruteur a bien reçu son CV, s’il étudie sa candidature ou s’il a d’ores et déjà mis de côté son profil : « Il nous parait essentiel d’informer les candidats avec ces éléments. Sa candidature a été réceptionné, ouverte par le recruteur le manager s’est positionné… Nous souhaitons également l’informer sur les possibilités de télétravail, l’environnement du poste, l’insertion dans l’entreprise… Objectif : donner un maximum d’éléments aux utilisateurs pour qu’ils puissent réaliser un choix éclairer », a expliqué David Beaurepaire à BDM.

Dans une tribune publiée à l’occasion de la sortie d’hellowork.com, François Le Verger, directeur général d’HelloWork, complète : « La transparence est le socle de la confiance, et la confiance ne se décrète pas. Le groupe HelloWork, en tant que leader français de l’emploi, du recrutement et de la formation, se doit d’être un acteur majeur de ce changement. L’arrivée de cette plateforme unique renforce notre position de premier acteur français du secteur ! »

Plus de transparence sur les salaires et les process de recrutement

Les recruteurs vont donc être incités à plus de transparence auprès de candidats qui expriment déjà au fil des enquêtes leur besoin d’en savoir plus sur les entreprises avant de postuler à leurs offres. Sur un marché qui leur est actuellement favorable, les recruteurs ont tout intérêt à rester à leur écoute et à suivre le mouvement initié par hellowork.com !

* Echantillon de 847 000 répondants, data récoltées sur une période de 9 mois en 2021.

crédits à la une : © next-Op/W. Fernandes
Afficher Masquer le sommaire
Accueil / France / HelloWork réunit ses plateformes de recrutement et mise sur la transparence