Carlos Sainz souffre, résiste et continue de diriger avec Al Attiyah sur ses talons | Sports pratiques

Le pilote espagnol Carlos Sainz Il s’est défendu comme il le pouvait face à ses deux grands rivaux du Dakar 2020, le Français Stéphane Peterhansel et le Qatar Al Attiyah, qui ont été premier et deuxième le jour de ce mardi et qui placent l’Asiatique à seulement 24 secondes de Madrid.

Ce fut une autre journée compliquée pour Sainz, qui a laissé loin derrière, quinzième et a dû endurer beaucoup de poussière pendant les premiers kilomètres de la spéciale; De plus, il a été perdu et parfois il laisse un bon bout de temps avec le duo de têtes, qui a fait une super scène, mettant beaucoup de pression sur le double vainqueur de cette rallye.

Mais le passage des kilomètres a joué en faveur de l’espagnol, qui a pris le pouls de ce parcours particulier de Haradh et a minimisé les dégâts petit à petit, cependant, il a fini par abandonner plus de six minutes et demie et quitter le général Dakar dans un mouchoir, avec le leader de Sainz, Al Attiyah à 24 secondes et Peterhansel à 6,38.

Avec tout ce qui reste, ce rallye va se décider en trois étapes finales – dont une de marathons – spectaculaires où tout peut encore arriver.

Fernando Alonso, après avoir été deuxième hier, est resté aujourd’hui encore

Autant que Fernando AlonsoHier, deuxième, l’Espagnol a également fait un exercice de survie mardi, accordant plus de treize minutes aux deux meilleurs de la journée, qui ont survolé plus que jamais le désert saoudien. Quelque chose de similaire à ce qui est arrivé à Nani Roma, qui a donné pratiquement le même que Alonso.

Barreda, quatrième du général

Dans la catégorie moto, Joan Barreda Il continue d’aller plus loin avec le passage des jours et dans cette huitième étape il a été troisième, à un peu plus de deux minutes et demie du Chili Pablo Quintanilla, vainqueur à Haradh. Entre l’Australien a tendu Toby Price, alors que peu de temps après que Barreda a franchi la ligne d’arrivée, l’Américain Ricky Brabec, qui continue de dominer le général avec plus de vingt minutes par rapport à ses rivaux, tous poing.

Barreda a grimpé une position et est désormais quatrième au classement général et a le podium en une minute et demie, une différence plus qu’accessible afin de se battre pour elle dans ces derniers jours de compétition.

Abandons d’Albero et de Santolino

La mauvaise nouvelle vient de Salamanque Lorenzo Santolino qui, pour la deuxième année consécutive, a été contraint de quitter le Dakar en raison de nombreux problèmes pour effectuer des mouvements de pronosupination. Le même sort a couru Daniel Albero, que cette année ne deviendra pas le premier diabétique à terminer cette course. Dans son cas, le problème est que sa moto a été cassée au kilomètre 131 de la spéciale.

Tellement Juan Pedrero, comme Jaume Betriu et Laia Sanz ils continuent de répondre à ce qu’on attend d’eux et se battent, variant toujours entre dix et vingt-cinq à chaque étape. En général, Betriu est quinzième, Pedrero seizième et Laia dix-septième.

Practicodeporte@efe.com