Coronavirus.- L’audience de l’ancien ministre bolivien de la Santé est retardée en raison de l’arrestation du juge

MADRID, 23 mai (EUROPA PRESSE) –

L’audience au cours de laquelle les mesures de précaution devaient être prononcées contre l’ancien ministre de la Santé de la Bolivie, Marcelo Navajas, pour l’achat de 170 respirateurs a été retardée ce vendredi en raison de l’arrestation du juge qui allait en présider, Hugo Huacani, selon la presse. local.

Des mesures conservatoires devaient également être prononcées lors de l’audience à l’encontre de l’ancien directeur général des affaires juridiques du ministère de la Santé, Fernando Valenzuela, du directeur général de l’Agence pour les infrastructures sanitaires et les équipements médicaux (AISEM), Geovanni Pacheco, et l’employé du AISEM Ana Fernanda Espinoza, a également enquêté pour l’acquisition des respirateurs.

Cependant, Huacani a été détenu et transféré dans des cellules de police accusé de prévarication et de résolutions contraires à la Constitution bolivienne, en favorisant celui impliqué dans le cas de l’ancien ministre de la Présidence Juan Ramón Quintana, il a transféré «  The Duty  ».

Pour sa part, l’avocate de Navajas, Rosario Canedo, a expliqué qu’elle avait continué d’attendre avec l’ancien ministre après 20h00 (heure locale) car ils n’avaient aucune explication officielle de ce qui s’était passé. En ce sens, les avocats de la défense de l’accusé ont demandé sa libération.

« Nos clients sont privés de liberté depuis plus de 48 heures, sans avoir résolu leur situation », a protesté Canedo. « Nos clients n’ont pas pu être détenus pendant plus de 24 heures. Leur situation juridique aurait dû être réglée jeudi », a-t-il poursuivi.

Le parquet bolivien enquête sur l’acquisition avec un coût supplémentaire présumé de 170 respirateurs pour lesquels le gouvernement a payé plus de 27 000 dollars à la société espagnole GPA Innova alors que son prix de marché serait d’environ 7 000 dollars. Une autre entreprise espagnole, IME Consulting, a travaillé comme intermédiaire. L’achat a déclenché une grave crise politique dans la nation andine.