Investir dans le monde de l’art en un clic

NEW YORK, 13 février (.) – La possession d’une œuvre d’art n’est plus réservée aux milliardaires: Masterworks, une startup de deux ans, achète des pièces susceptibles de générer des bénéfices, puis vend des actions à ses clients via son plateforme en ligne.

“Notre conviction fondamentale est qu’il s’agit d’une classe d’actifs très intéressante, qui est historiquement commercialisée par les ultra-riches depuis des centaines d’années”, a déclaré Scott Lynn, fondateur et directeur général de Masterworks, 40 ans.

“Mais la seule façon d’investir dans l’art a été d’acheter une peinture. Masterworks est la première plate-forme qui permet à quiconque d’investir vraiment dans ces grandes œuvres d’art”, a-t-il ajouté.

Les clients s’inscrivent, choisissent une œuvre d’art et décident du nombre d’actions qu’ils souhaitent acheter, avec un minimum de 1 000 $.

Par exemple, la peinture “Coup de Vent” de Monet, évaluée à 7 millions de dollars, compte actuellement quelques milliers d’investisseurs, selon Lynn, qui attend plus d’intérêt lorsque Masterworks décide de la vendre à un collectionneur puis partage Bénéfices avec vos clients.

Masterworks, basée à New York, divise le marché de l’art en deux segments, a déclaré Lynn. Un, appelé “blue chips”, qui comprend des artistes bancables comme Monet, à faible risque.

L’autre est défini par des artistes vivants qui sont au milieu de leur carrière, dont les œuvres peuvent donner aux investisseurs un rendement de 12% à 20%, avec un risque modéré, a déclaré Lynn.

(Rapport de Mark Porter et Aleksandra Michalska. Édité en espagnol par Lucila Sigal)