Venezuela.- L’OEA rejette la désignation « illégale » du CNE vénézuélien et appelle à des élections « justes et transparentes »

MADRID, 27 juin (EUROPA PRESS) –

L’Organisation des États américains (OEA) a rejeté ce vendredi la désignation « illégale » du Conseil électoral national (CNE) du Venezuela et a rappelé que des organes indépendants sont nécessaires pour organiser des élections « justes, libres et transparentes » dans le pays.

Annonces :

De cette manière, le Conseil permanent de l’OEA a décidé de condamner le « harcèlement continu exercé par le régime illégitime de Nicolás Maduro » et ses actions contre les fonctions que les lois vénézuéliennes accordent à l’Assemblée nationale et aux partis politiques et institutions démocratiques, selon l’organisation.

Ils ont également approuvé, avec 21 voix pour, rejetant « dans les termes les plus énergiques » la nomination des nouveaux membres du CNE par la Cour suprême de justice (TSJ), ainsi que la « nomination illégale » des directives du parti Première justice et action démocratique.

Pour cette raison, l’organisation a exigé que Maduro respecte les fonctions de l’Assemblée nationale et cesse son « usurpation », ainsi que s’abstienne de « s’immiscer » dans le fonctionnement des autres partis.

« Ce type d’action constitue un obstacle à la restauration de la démocratie au Venezuela et à l’état de droit », a déclaré l’OEA dans un communiqué.

En outre, ils ont exhorté Maduro à libérer tous les « prisonniers politiques ». Parmi eux, ils ont cité des députés de l’Assemblée nationale et lui ont demandé de cesser immédiatement « toute arrestation arbitraire, persécution et emprisonnement ».

L’OEA a appelé les acteurs politiques du Venezuela à mener « un processus déterminé de transition pacifique et démocratique » dans le pays.

Face à cette décision, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a assuré que la destination finale de l’OEA était la « poubelle de l’histoire ». « Nous ne pouvons même pas affirmer que l’OEA est en ruine. Il ne reste qu’une seule série de gravats empilés dans un coin de Washington », a-t-il déclaré sur Twitter. « Dommage, une organisation multilatérale pulvérisée par la servilité », a-t-il ajouté.

Le TSJ vénézuélien a annoncé la nomination d’Indira Alfonzo à la présidence de la CNE, dans le cadre de la bataille politique pour contrôler le processus électoral de renouvellement de l’Assemblée nationale. Avec Alfonzo, les autres recteurs principaux et suppléants de la CNE ont également été nommés.

Les principaux partis d’opposition au Venezuela ont accusé le gouvernement Maduro d ‘ »imposer » par le TSJ les nouveaux recteurs de la CNE et ont assuré qu’ils ne reconnaîtront pas les résultats des élections législatives qui pourraient se tenir dans ce cadre cette année.

iPhone 12 Pro et Pro Max pourraient comporter une mise à niveau d’affichage majeure

Mouvement lourd pas nécessairement permanent