La troisième dose de vaccin anti-covid soulève toujours une pluralité de questions !

Le Covid-19 continu de faire parler de lui en France. Avec le rebond de l’épidémie de covid-19, Emmanuel Macron a fait une déclaration ce mardi soir dans laquelle il indique qu’une dose de rappel du vaccin sera une condition au maintien d’un carnet de santé pour les personnes de plus de 65 ans.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Oluwateniola (@teni_ade)

Qui est concerné par la troisième dose ?

Actuellement, les résidents des Ehpad, les individus de plus de 65 ans et les individus à haut risque de forme sévère qui présentent des comorbidités, immunosuppression et autres sont les personnes éligibles à la troisième dose. Depuis début octobre, les professionnels de santé, les pompiers et les proches des personnes immunodéprimées sont également concernés. Dès le mois de décembre, il en sera de même pour les personnes de plus de 50 ans.

La troisième dose doit être administrée 6 mois après que vous ayez pris la dernière injection. Les personnes ayant reçu une dose de vaccin Janssen peuvent aussi être éligible à une autre dose au moins 4 semaines après la dernière injection, en même temps que le sérum Pfizer-BioNTech. À l’heure actuelle, 3,4 millions des 7,7 millions de personnes éligibles ont pu se faire vacciner à nouveau.

La troisième dose de vaccin anti-covid, est-elle vraiment nécessaire ?

La troisième dose de vaccin anti-covid aide à améliorer l’efficacité du vaccin contre les infections à variante Delta, qui semblent s’émousser au fil du temps. D’un point de vue scientifique, il existe un consensus sur cette dose de rappel pour les individus dits immunodéprimées, c’est-à-dire les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Des études ont révélé que malgré le fait d’être vacciné, leur corps ne peut pas produire d’anticorps en quantité suffisante (principal critère d’évaluation de l’efficacité des vaccins). Même si on dispose de moins de données, c’est également le même raisonnement pour les personnes âgées, dont système immunitaire devient moins efficace avec l’âge.

Ce mardi soir, Emmanuel Macron a adapté le maintien du pass sanitaire à une dose de rappel pour les personnes de plus de 65 ans, ce qui est une manière de pousser les personnes les plus vulnérables à vite se décider. Selon le ministère français de la aanté publique, actuellement la moitié des patients des hôpitaux de soins intensifs ont plus de 65 ans, contre un tiers fin août. Il semblait plus compliqué d’opter pour la même mesure pour les personnes présentant des comorbidités, car cela violerait les secrets médicaux. Le ministère français de la santé publique a confirmé qu’elles n’étaient pas touchées.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by David Hine (@davidhine56)

Faut-il étendre la troisième dose de vaccin anti-covid à l’ensemble de la population ?

En début du mois d’octobre, l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a approuvé une nouvelle dose de Pfizer pour les personnes de plus de 18 ans. Cependant, l’épidémiologiste Antoine Flahault a déclaré à l’AFP qu’« il n’y a actuellement aucune preuve scientifique très convaincante pour recommander la troisième dose à toutes les personnes éligibles ».

Dans un commentaire lundi soir, la Haute Administration Sanitaire (HAS) a estimé « qu’il n’est pas nécessaire de réviser ses recommandations sur la pertinence des rappels en population générale à l’heure actuelle, même si cela risque d’être nécessaire par la suite ».

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / La troisième dose de vaccin anti-covid soulève toujours une pluralité de questions !