Le variant anglais se renforce en France, pourrons-nous échapper au reconfinement ?

Le variant anglais est déjà bien installé en France, mais il pourrait clairement se renforcer dans les prochains jours.

Coronavirus
Source : capture Pixabay

D’ici une dizaine de jours, les contaminations face au variant anglais pourraient être beaucoup plus nombreuses. Dans le Journal du Dimanche, l’épidémiologiste Arnaud Fontanet a pu évoquer la situation notamment en précisant que la nouvelle souche pouvait être préoccupante. En effet, début mars, elle pourrait être clairement majoritaire alors que 14 % des cas positifs sont liés au variant anglais. D’autres souches sont présentes sur le sol français, mais c’est bien ce dernier qui semble avoir le monopole.

Des chiffres inquiétants pour le variant anglais

Alors que le président de la République a décidé de ne pas reconfiner pour donner une dernière chance à la France, nous apprenons grâce au professeur Fontanet que les contaminations prennent de l’ampleur. En effet, début 2021, nous avions seulement 3.3 % des cas positifs qui étaient reliés à ce variant anglais, mais depuis la fin janvier, le taux a clairement augmenté. Cela laisse donc présager quelques problématiques dans les prochaines semaines alors que cette souche semble être plus contagieuse.

  • Si la situation dérape, il faudra sans doute s’attendre à des restrictions beaucoup plus drastiques avec, peut-être, un .
  • Emmanuel Macron mise sur les de février qui devraient mettre un coup d’arrêt puisque les écoles seront fermées et certains adultes auront pris des congés.
  • Toutefois, il faut surveiller les chiffres avec la plus grande rigueur, car selon les propos de Jean Castex, le taux d’incidence est plus faible que celui du mois d’octobre.

C’est en partie pour cette raison que le troisième confinement n’a pas été mis en place en France puisque nous sommes sur un plateau. Toutefois, si la situation était impossible à contrôler dans les prochains jours, d’autres décisions pourront être prises. Le professeur a révélé que, le variant anglais est même 60 % plus transmissible que la version « classique » que nous connaissons depuis le mois de mars 2020 en France.

Il estime qu’il devrait être majoritaire dans quelques jours, aux alentours du 1er mars. Les vacances de février seront bien entamées et la zone B devrait s’apprêter à retrouver les bancs de l’école. Il faudra alors regarder si les congés ont eu un effet bénéfique ou négatif concernant la propagation de ce variant anglais. Il y a également deux camps, certains sont heureux que le confinement ne soit pas au rendez-vous puisqu’il entraîne de nombreuses problématiques pour l’économie.

D’autres sont convaincus qu’il s’agit de la seule solution pour mettre un véritable coup d’arrêt à la propagation du , mais également du variant anglais.

Un troisième confinement plane-t-il au-dessus de nos têtes ?

Jean Castex a précisé il y a quelques jours lors d’une conférence de presse que le taux d’incidence était important. S’il devient aussi important ou plus élevé que celui du mois d’octobre, époque à laquelle le second confinement avait été décidé, il y a de grandes chances pour que le troisième épisode soit au rendez-vous. Toutefois, face au coronavirus, les scénarios sont tous envisagés avec différentes déclinaisons, cela permet au président de la République de réagir en fonction du contexte. Pour l’instant, comme a pu le rappeler Jean Castex, il n’est pas nécessaire d’appliquer le troisième confinement puisque la situation est préoccupante, mais elle ne semble pas être désastreuse.

L’épidémiologiste estime par contre que le laisse une dernière chance à la France, elle a donc évité un reconfinement à la fin du mois de janvier, et même avant les vacances scolaires de la zone A. Toutefois, la situation sanitaire pourrait se dégrader dans les prochains jours, cela pourrait alors contraindre le gouvernement à adopter plus tardivement le troisième confinement.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.