Marseille : Olivier Véran annonce la fermeture des bars et restaurants à cause du COVID-19 !

Face à la décision du gouvernement de fermer les lieux de vie nocturne de la métropole Marseille-Aix, les restaurateurs, les bistrotiers et les élus locaux ne peuvent retenir leur colère !

terrasse-cafe-bar-resto-marseille-google-image

“Coup de massue” pour les professionnels de la restauration et les bistrotiers ! Le vient d’annoncer la re fermeture des bars et des restaurants en urgence pour faire face à l’augmentation récente du nombre de cas signalé dans la Métropole. La ville réclame un délai de 10 jours pour pouvoir s’organiser.

Une « décision unique » du gouvernement

Mauvaise nouvelle pour la métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe, car face à la recrudescence des cas de COVID-19, , le ministre de la Santé, a annoncé ce mercredi 23 septembre “la zone d’alerte maximale” pour ces deux régions et le renforcement strict de mesures de prévention. À partir de samedi, tous les restaurants et les bars seront contraints à la fermeture.

Mais Marseille est loin de faire l’exception, car plus de 11 métropoles françaises, dont Paris, ont également été placées en “zone d’alerte renforcée”. Pour ces dernières, pas de fermeture totale des bars et des restaurants, mais un horaire d’ouverture restreint (jusqu’à 22h) et une limitation de la vente d’alcool.

Face à cette mauvaise nouvelle, les bistrotiers et les restaurateurs ne peuvent qu’exprimer leur mécontentement, jugeant cette décision comme étant apparus “sans concertation”, de la part d’un gouvernement qu’ils qualifient comme “incapable de gérer la crise” sanitaire.

Le taux de contamination et le nombre de décès ne cessent d’augmenter

Benoît Payan, le premier adjoint de Marseille, a également qualifié de « restrictions incroyables » les mesures annoncées par le gouvernement ce mercredi 23 septembre 2020. Un affront pour les restaurateurs et les bistrotiers qui peinent déjà à se relever.

Celui-ci a également réclamé un délai de dix jours, afin que les professionnels de la restauration puissent s’organiser avant la mise en œuvre de ces nouvelles mesures restrictives.

Avec près de 13 072 nouvelles contaminations annoncées par l’agence Santé publique en seulement 24h ce mercredi 23 septembre, le nombre de personnes hospitalisées et testées positives au COVID-19 au cours des 7 derniers jours s’élève maintenant à 4 244. Parmi eux, 675 ont dû être admis en urgence en réanimation, et pas moins de 43 décès supplémentaires ont été recensés.

Depuis le début de l’épidémie en France, le bilan des victimes du coronavirus ne cesse donc d’augmenter, atteignant alors à ce jour le nombre de 31 459 morts.

Un « sacré coup de massue »

Le porte-parole du Groupement national des indépendants (GNI) Franck Trouet qui représente les indépendants de la restauration et de l’hôtellerie, annonce que les mesures de fermetures des bars et des restaurants à Marseille ne fait finalement que prouver l’incapacité du ministre de l’Intérieur à faire respecter les règles

Pour le porte-parole du GNI, les lieux de vie nocturnes publics ne sont en aucun cas responsables de la recrudescence des cas, bien au contraire. Pour lui, ce sont les fêtes privées en appartement et les réunions familiales dans des lieux clos qui sont plus à même de faciliter la propagation du virus. La fermeture des établissements à 22h ne fera finalement qu’encourager les clients à trouver d’autres lieux pour poursuivre leur soirée : « les plages et bords de fleuves tant qu’il fait beau, et demain les appartements privés », a-t-il récemment déclaré.

Selon Franck Trouet et pour faire face aux futures pertes, les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie dont les établissements seront obligés de fermer totalement ou de baisser le rideau après 22h vont être contraints de demander « une prise en charge par l’État des loyers et des charges fixes » voire une « une indemnisation afin de compenser la perte d’exploitation ».

, la socialiste de Paris, a elle aussi fait part de son incompréhension et de son ”désaccord” face à cette décision unilatérales de fermer les bars à 22h. Pour cette dernière, les restaurateurs et les bistrotiers ont mis en place “de belles choses sur l’espace public” afin de pouvoir continuer leur activité tout en respectant les règles de distanciation sociale.

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, le soutien économique de l’État est devenu avant tout « une question de survie ».


Arielle Cardin

Arielle Cardin

Passionnée par l'écriture depuis mon plus jeune âge et maman de deux enfants, je partage aujourd'hui mon temps entre la rédaction de news people et ma vie de famille !