McDonald’s : 78 employés dénoncent le harcèlement, le sexisme et la grossophobie dans la fameuse enseigne de Fast-Food

McDonald’s se retrouve sur le devant de la scène à cause de plusieurs accusations lancées par 78 employés.

Chez , tous les salariés ne seraient pas logés à la même enseigne. Les femmes dont le physique ne serait pas celui d’une mannequin seraient rapidement reléguées à l’arrière du fast-food. D’autres qui ont des bustes assez volumineux pourraient attirer le regard des clients, elles se retrouvent donc au niveau des caisses. Ce n’est pas la première fois que le travail chez McDonald’s est pointé du doigt puisque les conditions ne seraient pas idéales. Il faudrait jongler avec la pression, le stress, l’angoisse…

Les déclarations des employés de McDonald’s

Dans StreetPress, vous pouvez découvrir certains des témoignages de ces 78 employés qui ont décidé de sortir de l’ombre pour dresser un profil peu réjouissant de McDonald’s. L’un a même des pertes de mémoire puisqu’il a traversé une période difficile notamment à cause de la dépression. Du côté de la cuisine, ce serait les physiques les moins attractifs, les autres se retrouveraient au niveau des caisses.

  • Grâce à de simples photos, les employés savaient si les nouvelles recrues allaient à l’avant du fast-food ou à l’arrière.
  • Il y aurait également des moqueries envers certaines femmes dont le physique ne serait pas réjouissant.
  • Chez McDonald’s, au vu des témoignages, c’est donc la beauté qui permettrait à un salarié d’obtenir un poste.

D’autres témoignages ont été partagés et ils ont été rassemblés par l’association React et le collectif McDroits. En France, ce sont donc 78 personnes qui ont décidé de témoigner en défaveur de McDonald’s, qui est donc accusé de harcèlement, de sexisme, et même de grossophobie.

Déjà de précédentes plaintes contre McDonald’s

Ce n’est pas la première fois que l’enseigne du fast-food se retrouve dans le collimateur. En effet, une plainte avait même été déposée devant l’OCDE selon le site pour harcèlement sexuel systémique. Les conditions de travail ne seraient donc pas idéales chez McDonald’s et des remarques seraient aussi faites envers certains salariés. Les femmes seraient surtout visées notamment pour les vêtements, la mise en valeur du haut du buste… Cela n’arrive pas à qu’une seule employée, car les témoignages seraient nombreux. D’autres ne sont pas mis à la porte, car ils ne correspondent pas aux « critères » de beauté.

Il y aurait toutefois une forte pression qui serait exercée. De ce fait, ils seraient poussés à la démission. Les salariés ne pourraient pas non plus obtenir le soutien d’autres employés, car ils auraient peur pour leur poste au sein de McDonald’s. Les managers auraient alors des consignes pour que les salariés soient envoyés à des postes stratégiques. Les femmes avec des bustes volumineux se retrouvent en caisse, les « moches » sont à l’arrière et ne pourraient pas espérer une amélioration de leur poste.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.