Michelle Obama : ses explications sans tabou au sujet de la ménopause ! Les internautes sont choqués !

Dans le dernier épisode de son podcast, Michelle Obama parle de la ménopause et de la réaction de Barack aux bouffées de chaleur. Encore une fois, quand Michelle Obama parle, le monde écoute.

Dans les épisodes précédents, Michelle Obama a abordé tout, de ses expériences avec le racisme et la dépression de bas grade, à apprendre comment faire ses ongles soi-même et à s’épiler pendant la pandémie.

La première dame partage ses expériences personnelles

Si de nombreuses personnes hésitent à parler de choses comme les hormones, l’infertilité, le vieillissement et la ménopause, Michelle Obama, ancienne première dame n’a pas eu peur d’être franche et personnelle dans une discussion sur la santé des femmes.

Le troisième et dernier épisode du podcast Michelle Obama – lancé le mois dernier – était intitulé « Ce que votre mère ne vous a jamais dit sur la santé » avec la gynécologue, le Dr Sharon Malone. Dans l’épisode, qui a été publié mercredi, l’ancienne première dame, 56 ans, a parlé franchement, s’ouvrant sur ses expériences personnelles de la ménopause.  Des  explications qui incluent la prise d’hormones pour la ménopause et les luttes antérieures contre l’infertilité – qu’elle a documentées dans ses mémoires à succès « Becoming ».

Lors de sa conversation avec son invitée et amie, le Dr Malone, Michelle Obama se montre honnête  en abordant le thème de la ménopause.  «J’ai une base de référence très saine,…je subissais des changements hormonaux à cause de l’infertilité, je devais prendre des injections et tout ça. J’ai ressenti des sueurs nocturnes, même dans la trentaine, et quand vous pensez aux autres symptômes qui viennent, juste des bouffées de chaleur, je veux dire, j’en ai eu quelques-unes avant de commencer à prendre des hormones », a-t-elle détaillé.

En référence aux bouffées de chaleur, la maman de Malia et de Sasha a déclaré « J’en ai eu quelques-uns avant de commencer à prendre des hormones », avant d’ajouter. «Je me souviens d’en avoir un sur Marine One. Je suis habillée, j’ai besoin de sortir, de participer à un événement, et littéralement, c’était comme si quelqu’un avait mis un four dans mon cœur et l’a allumé, puis tout a commencé à fondre. »

La liberté pour des millions de femmes

C’est  pendant cet épisode  que les deux femmes, Malone et Obama, ont fait valoir que plutôt que de permettre à la société de rendre les femmes honteuses des fonctions naturelles de leur corps, les femmes devraient parler plus ouvertement de leur santé afin de changer les normes culturelles. « Quand vous pensez à tout ce que le corps d’une femme doit faire au cours de sa vie, passer de la préparation à l’accouchement à l’accouchement, puis à l’arrêt de tout le système reproducteur pendant la ménopause, les changements, les hauts et les bas et les changements hormonaux, il y a du pouvoir là-dedans », a t-elle déclaré. « Mais on nous a appris à en avoir honte et à ne même pas chercher à le comprendre ou à l’explorer pour notre propre édification, et encore moins pour aider la prochaine génération. »

L’éternel flegme de l’ancien président

Selon Mme Obama, elle n’était pas la seule femme à avoir connu des bouffées de chaleur et d’autres symptômes de la ménopause autour de l’ancien président Obama. « Barack était entouré de femmes dans son cabinet, dont beaucoup étaient ménopausées », a-t-elle déclaré à Malone.

Si certains hommes peuvent être mal à l’aise quand  des sujets liés à la santé des femmes sont abordés, son mari imperturbable avait une approche très terre-à-terre de la ménopause. «Il ne s’est pas effondré parce qu’il a découvert qu’il y avait plusieurs femmes dans son équipe qui étaient ménopausées, c’était juste un peu comme:« Oh, eh bien, allumez le climatiseur »», dit-elle


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !