Politique internationale : la France s’engage à renoncer au gaz et au pétrole ! 

Les grandes décisions pour sauvegarder le futur de la planète terre sont en train d’être prises du côté de Glasgow où se déroule la COP26. Douze pays et États- le Costa Rica, le Danemark, l’Italie, l’Irlande, le Groenland, la Nouvelle-Zélande, le Pays de Galles, le Portugal, le Québec, la Suède, la Californie et la France-  veulent relever les défis climatiques mondiales. Une mesure qui atteste de leur volonté manifeste d’aligner leur production de combustibles fossiles conformément à l’objectif de température de l’accord de Paris.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Plant Based News (@plantbasednews)

« Nous voulons faire preuve du même volontarisme à l’échelle planétaire »

Le Boga ou « Beyond oil and gas » qui sous-entend « aller au-delà du pétrole et du gaz » est un défi climatique que douze nations, dont la France se sont lancées lors de la COP26. L’objectif étant de limiter au maximum les combustibles fossiles pour contenir la hausse de la température terrestre à + 1,5 %. Il s’agira aussi d’éliminer de façon progressive et équitable le pétrole et le gaz pour atteindre les engagements de neutralité climatique.

Mais ce n’est pas fini : les nations engagées entendent « saisir et exploiter » cet élan pour « encourager les autres à le faire et fournir un foyer pour ces nouveaux engagements ». Mieux, « créer une communauté internationale de pratiques » autour du soutien et de la gestion d’un retrait « progressif, juste et équitable » de la production de pétrole et de gaz.

Ainsi, c’est désormais acté, la fin des nouvelles concessions et des cycles d’octroi de licences et de contrats, mais il reste que les gouvernements doivent arrêter une date d’arrêt de la production.

« Nous agissons pour sortir de cette dépendance en fermant nos dernières centrales à charbon, en faisant basculer notre marché automobile vers l’électrification, en rénovant massivement nos logements et en développant les énergies renouvelables. La France a été le premier pays à interdire en 2017 l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures sur son territoire. Nous voulons faire preuve du même volontarisme à l’échelle planétaire » affirme, dans un communiqué, la de la Transition écologique, Barbara Pompili.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Barbara Pompili (@b_pompili)

L’OPEP revoit à la baisse sa croissance

Coïncidence ou simple hasard ? L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a indiqué, dans la matinée du 11 novembre 2021, revoir à la baisse sa croissance.

« Les révisions sont dues essentiellement à la demande plus lente qu’anticipée venant de la Chine et de l’Inde au troisième trimestre 2021 », a souligné l’organisation à l’AFP.

En revanche, en 2022, la demande mondiale s’élèvera à 100,6 millions de barils par jour, ce qui représente une augmentation de 500 000 barils par jour de plus que la consommation de 2019, avant la pandémie. La Hongrie où l’inflation est galopante va, de son côté, bloquer pour trois mois les prix à la pompe à partir du 15 novembre prochain pour que le litre d’essence ou de diesel ne coûte pas plus de 480 forints (1,31 euro), d’après une annonce du gouvernement ce jeudi.

 

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Politique internationale : la France s’engage à renoncer au gaz et au pétrole !