Pourquoi votre médecin vous demande de ne pas forcer l’urine à sortir ?  

Le phénomène du « power peeing » qui se traduit par le fait se forcer à uriner quand bien même on n’en a vraiment pas envie est courant. Pour ne pas perdre une minute de son sommeil ou quand on a un évènement d’envergure à assister. C’est une mauvaise habitude que le médecin vous aurait déconseillé à maintes reprises. Et si vous ignorez les orientations de ses recommandations, c’est le moment d’en savoir plus.

Se forcer à uriner met en cause la vessie

Si le terme « power peeing » vous est peu familier, vous l’auriez quand même essayé par une fois : forcer la miction alors que la vessie n’est pas encore remplie au juste niveau. La conséquence est directe et sans détour : on risque d’avoir instantanément envie d’aller uriner les risques de contracter des infections urinaires sont plus considérables.

Selon le docteur Mordkin, chef service d’urologie au Virginia Center Hospital aux États-Unis, il est préférable de se patienter aux toilettes et de ne pas se forcer à uriner ; puisque le « power peeing » n’est en aucun cas « bénéfique pour la  ». Toujours d’après l’urologue, se prêter au power peeing de façon répétée pourrait entraîner un dysfonctionnement de la vessie, et à long terme, aboutir à une incapacité à uriner.

En entraînant la vessie à se vider alors que le moment idéal pour qu’il s’évacue n’est pas encore arrivé est une façon d’habituer cet organe clé de l’appareil urinaire à s’évacuer de temps en temps, causant ainsi, son dysfonctionnement.

Quelques conséquences majeures du fait de « se forcer à uriner »

Selon le professionnel interrogé par le site américain Well and Good, le power peeing a d’énormes conséquences qui affectent non seulement le système urinaire, mais parfois le corps dans son ensemble. « Cela [Power peeing, ndlr] peut inclure une obstruction des voies urinaires, une infection sous-jacente ou une maladie neurologique », a-t-il expliqué.

Dans des cas exceptionnels, et surtout quand il s’agit des femmes, le spécialiste américain renseigne que cette mauvaise pratique peut être à l’origine d’un prolapsus de la vessie ; un phénomène communément désigné par le vocable « descente d’organe » qui peut se généraliser parfois à l’utérus, ou au rectum, à travers le vagin. En effet, l’extériorisation de la vessie dans le vagin est source d’inconfort et d’une grande sensation de gêne.

À tout égard, lorsque survient l’un ou l’autre de ce symptôme, l’urologue recommande de consulter immédiatement un médecin traitant ou un spécialiste (urologue).

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / Pourquoi votre médecin vous demande de ne pas forcer l’urine à sortir ?