Présidentielle 2022 : pour Arnaud Montebourg, l’idée de doubler les salaires des professeurs d’Anne Hidalgo est une utopie !

L’un des points phares de la communication politique de la maire de Paris, candidate à la présidentielle de 2022, est la revalorisation salariale des professeurs. Elle propose de doubler leur salaire une fois qu’elle sera élue. L’ancien ministre de l’économie sous François Hollande et candidat en course pour l’Elysée voit d’un autre œil cette promesse. Pour lui, cette idée est irréaliste et donne l’impression aux professeurs d’être des jouets électoraux.

Une proposition incohérente

L’ancien ministre de redressement productif et du numérique de France sous François Hollande était l’invité de l’émission ‘’on est en direct’’ sur France 2. Et c’était pour lui l’occasion de passer au peigne fin la proposition de son challenger, Anne Hidalgo, qui promet le doublement des salaires des professeurs durant cinq ans. « Personne n’y croit », a laissé entendre le candidat. « Et ça fait des dégâts chez les enseignants. Ils ont l’impression d’être des jouets électoraux », a souligné Arnaud Montebourg.

A en croire ses analyses, cette proposition couterait bien cher à l’Etat. Puisqu’elle représente, en effet, 60 milliards d’euros, ce qui équivaut à 80 % de l’impôt sur revenu. « Donc personne ne peut le croire », a-t-il insisté.

Arnaud Montebourg qui a préféré lancé sa candidature depuis sa ville natale  en tant que chantre d’une « remontada » de la France a notamment dit ceci «l’incohérence parfaite entre cette proposition et le conformisme européen des socialistes qui ne lèveront jamais le petit doigt contre les verdicts de la commission européenne».

De son côté, le candidat au primaire des socialistes en 2016 suggère une mesure qui coûte 20 fois moins cher qu’il place sous la dénomination du « rétablissement du service national ». Cette mesure sera obligatoire pour les garçons et les filles, et embrassera à la fois « civil et militaire ». Ceci sera l’occasion, à l’en croire, de «se réarmer», mais aussi de «recruter des policiers», «des soignants» et  «de mettre des étudiants en médecine dans des déserts médicaux». Enfin, «Ce sera le lieu du réapprentissage de la vie entre Français».

Le pacte de non- agression : un non-lieu ?

Cette intervention d’Arnaud Montebourg est un coup de canif asséné au pacte de non-agression qui aurait été scellé entre ce dernier et la maire de paris. Quelques semaines plus tôt, l’entourage d’Anne Hidalgo assurait que la candidate socialiste avait trouvé un terrain d’entente avec Arnaud Montebourg. L’accord serait alors d’éviter toute attaque afin de permettre au candidat qui promit une « remontada » à l à France de se rallier à Hidalgo dans un second temps de la campagne.

Ceci avait été démenti par les proches d’Arnaud Montebourg. Et c’est justement ce qu’a confirmé ce dernier à travers son intervention sur le plateau de France 2. Interrogé d’ailleurs sur ce qu’il en est de la déclaration de la maire de Paris, sûre qu’elle l’embarquera, M. Montebourg a répondu : « J’ai déjà fait ça sous le quinquennat de François Hollande et comme des millions de Français, je me suis fait avoir (…) Je ne recommencerai pas avec la fille spirituelle de François Hollande ».

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Politique / Présidentielle 2022 : pour Arnaud Montebourg, l’idée de doubler les salaires des professeurs d’Anne Hidalgo est une utopie !