Ces produits de supermarché vont devenir de plus en plus chers

Depuis la hausse significative de l’énergie, c’est l’alimentaire qui voit son secteur augmenter les prix. Cette inflation que nous vivons depuis quelque temps à des répercussions sur notre pouvoir d’achat. Les produits généraux à la consommation ont vu une augmentation qui ne va cesser de croitre. 

Le contexte actuel  

La crise qui nous environne depuis maintenant 2 ans a eu de sévères répercussions sur les prix. Dernièrement, les enjeux géopolitique de la guerre en Ukraine sont venus compliquer cela et faire une différence notable à l’achat. 

Les négociations annuelles

Les dernières négociations annuelle se sont terminées le 2 mars. Ces dernières mêlent les industriels de l’agroalimentaire ainsi que les agriculteurs et producteurs. Les grandes distributions sont également présentes pour faire part à ces négociations. Cette année particulière marquera une vive augmentation des produits premiers. Cela tend à croitre au vu des circonstances politiques actuelles. 

Ces négociations ont pour but de fixer les prix moyens des produits alimentaire sur une année. En comptant sur plusieurs données. En règles générales, cela ne bouge pas trop. Cette année, il en sera différemment.  Des discussions qui ont été compliqué, car les agriculteurs se voient dans des situations complexes. De plus, les agriculteurs voient maintenant depuis des mois une hausse de leur coût de production qui ne les aide pas à survivre. 

Ce qui est toujours rude à mettre en œuvre dans ces négociations, c’est de réduire l’écart entre la demande des industriels et la grande distribution. En effet, cette dernière ne peut pas accepter la hausse de tarifs que les industriels imposent. Rappelons-le cette hausse est demandée, du fait de l’augmentation significative des coûts de production. Si cela arrive toujours à se conclure par une baisse des tarifs, cette année se révèle être différente. 

L’augmentation de 3%

Le verdict est tombé, c’est d’environ 3% que l’on pourra voir une augmentation sur les produits alimentaire. Comme dit précédemment, industriels, producteurs et agriculteurs négocient en général une hausse de 5 à 7%. À l’accoutumée, il ressort seulement entre 0,1 à 0,3% d’augmentation. Cela veut dire que c’est un grand écart qui est réalisée cette année. Ce sont les consommateurs qui vont, voir leur coût d’achat significativement augmenter. Ce qui est perturbant pour ces derniers, c’est de voir des produits premier, basiques à notre consommation augmenter. 

Les produits qui ont augmenté

Depuis novembre 2021 on remarque une perpétuelle augmentation des prix. Plusieurs aliments quotidiens à la consommation des ménages se sont vus fortement augmenter. 

Les produits concernés 

Selon une enquête sur les consommateurs, ces derniers ont déjà l’impression de payer plus cher leurs achats. Ce qui est pour ainsi dire vrai, car les prix augmentent depuis deux ans. Toutefois, le grand pont que l’on va réaliser avec les négociations annuelles, va donner un coup en plus lors des courses des ménages. 

Les produits d’ores et déjà concernés par cette situation sont : la viande, les pâtes, le lait et les œufs, etc. Bien d’autres encore sont à ajouter à cette liste. C’est produit de première nécessité sont aujourd’hui à des prix hauts qui ne vont pas cesser de croitre. Ainsi, on peut constater des centimes et euros en plus sur ces derniers. 

La guerre, qui a maintenant frappé depuis plus d’un mois, a de fortes répercussions sur la vie économique des pays de l’Union européenne. Cela est sans compter les échanges commerciaux, approvisionnement avec la Russie qui ont été interrompus. Le temps de se réajuster à cette situation, la hausse va continuer. Cette année marquera un record de la hausse du cours des céréales. S’en voit toucher le blé et les huiles végétales.

Les produits comme le café, les conserves, mais également les légumes ne vont que croitre en termes de prix. Il n’est pas rare de constater que les fruits et légumes sont des produits chers à la consommation, toutefois ils vont devenir de moins en moins accessibles. 

Les déclarations du président face à cette situation 

Lors de son dernier discours datant du 2 mars, avait évoqué cette situation. Ce dernier revenait sur les situations actuelles d’inflation. Il exprime le fait que cela va continuer d’augmenter sévèrement au vu des enjeux politiques mondiaux. Ainsi, le taux fixé à 3 % pourrait bien être dépassé. Toutefois, le président explique qu’une solution adaptée sera de mise au vu de cette situation historique et exceptionnelle. 

Il ajoute également qu’une aide sera attribuée aux agriculteurs les plus démunis face à leur production. Ces derniers ont généralement un rendement de production qui est minime et pour certains, ils produisent à perte. 

Ceux qui pâtissent également de cette crise sont les régions d’Outre-Mer qui ont quant à elle vu une hausse à l’achat significative. On compterait 50 % plus cher un même panier de course qu’en France. 

À l’heure actuelle ce sont plus de 68 % des catégories alimentaires qui sont affectées par cette crise d’inflation. Le gouvernement prévoit un plan de résilience face à cette situation. Cela voudra dire qu’il y aura encore des discussions et négociations qui auront lieu sur cette hausse tarifaire. 

Si le coût de production ne baisse pas et l’on ne peut pas remédier à l’approvisionnement, cela compliquera la tache des pouvoirs publics ainsi que des producteurs. Les matières premières sont vouées à voir leur prix augmenter de manière exponentielle. Il ne reste plus qu’à voir si le plan de résilience va donner des conclusions intéressantes.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Alimentation / Ces produits de supermarché vont devenir de plus en plus chers