Santé et bien-être : combien de temps de sommeil faut-il avoir pour réduire le risque d’infarctus ?

L’organisme humain est un système fonctionnant convenablement grâce à l’interaction parfaite entre les différents éléments qui le constituent. C’est ainsi que de la bonne marche d’un mécanisme biologique peut dépendre le bon état d’un ou plusieurs organes au niveau du corps. Les spécialistes de la santé ont réussi à établir un lien important entre le besoin de dormir et le risque d’éviter les troubles cardiovasculaires. Voici ce qu’il faut retenir.

Avoir un temps de sommeil conséquent est bénéfique pour éviter des maux comme l’infarctus

Pendant longtemps, les scientifiques ont rattaché les risques d’incidents ou de maladies cardiovasculaires à une kyrielle de facteurs. Parmi les plus significatifs, on peut évoquer les facteurs liés à l’âge et au facteur génétique et ceux liés aux habitudes de vies nocives comme la toxicomanie.

On peut également aborder les causes liées à d’autres maladies notamment l’hypertension artérielle qui sont en mesure de contribuer à la survenance de ces épisodes redoutés par plus d’un en raison de leur impact très néfaste et parfois même fatal sur le corps humain.

Mais aujourd’hui, un nouvel indicateur a été identifié comme pouvant affecter la production ou non des troubles cardiovasculaires. Il s’agit en effet du temps de sommeil, qui lorsqu’il est d’au moins 07 heures peut permettre une meilleure préservation du cœur. En termes d’avancées notables contre certains maux, l’infarctus qui se caractérise par un freinage du flux sanguin vers le muscle cardiaque est le premier visé par cette nouvelle révélation médicale.

Une heure de démarrage de sommeil précise déterminée par les chercheurs

Dans la mise en lumière du facteur sommeil et de sa durée comme élément de protection contre les risques de troubles et maladies liées au cœur et aux vaisseaux sanguins, les scientifiques de cette branche de spécialisation ont apporté des informations hautement utiles.

Il s’agit notamment de l’identification de l’heure indiquée pour dormir qui a été située entre 10heures et 11heures et soir. C’est l’un des points principaux qui ressort des expériences réalisées par l’étude médicale anglaise publiée récemment dans la revue médicale spécialisée European Heart Journal.

Aboutir à cette conclusion a nécessité pour les chercheurs à l’origine de ces données un processus de suivi effectué sur un échantillon de près de 88.000 hommes et femmes aux profils médicaux divers. Un processus de suivi dont il ressort des analyses que les personnes ayant l’habitude de se coucher dans une telle tranche horaire couraient moins le danger d’être sujets aux troubles et maladies cardiovasculaires.

Dormir avant ou après la tranche horaire fixée présente un grand risque

La fixation du début de sommeil entre 22 heures et 23 heures n’est bien évidemment pas qu’une source de réjouissance. Elle constitue également désormais une source d’inquiétude pour ceux et celles n’étant pas habitués ou dans étant dans l’impossibilité d’être au lit à un tel moment.

En effet, les conclusions des expériences effectuées ont permis aussi de déduire que les personnes se couchant d’une part avant 22heures et d’autre part après 23 heures étaient concernées par une forte prédisposition aux maladies et troubles du cœur tels que l’infarctus. Toutefois, l’étude britannique a tenu à notifier que le risque était plus important au niveau de ceux et celles se couchant au-delà de 23heures.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Lifestyle / Santé et bien-être : combien de temps de sommeil faut-il avoir pour réduire le risque d’infarctus ?