Un immigré expulsé des États-Unis teste positif pour COVID-19 – . Miami (51)

Un migrant guatémaltèque expulsé par les États-Unis le 26 mars a été testé positif pour le coronavirus, a rapporté dimanche le gouvernement guatémaltèque.

L’homme de 26 ans est hospitalisé, tandis que les 41 autres personnes avec lesquelles il a voyagé ont été envoyées à l’isolement, dont 10 mineurs.

Ana Lucia Gudiel, porte-parole du ministère de la Santé, a confirmé que la patiente, identifiée comme numéro 36 dans le pays, venait du département de Totonicapan, à l’ouest de la capitale.

La personne infectée n’a présenté aucun symptôme à son arrivée au Guatemala, mais a été envoyée en quarantaine obligatoire à domicile, a déclaré Alejandra Mena, porte-parole de l’Institut des migrations. Salud a confirmé que le patient était entré à l’hôpital Villa Nueva samedi_ un établissement adapté pour soigner les patients atteints de coronavirus _ où le test a été effectué, ce qui était positif.

Le gouvernement guatémaltèque a suspendu les vols de migrants expulsés des États-Unis il y a quelques semaines après que deux mineurs expulsés aient développé de la fièvre à leur arrivée dans le pays. Cependant, les opérations ont repris deux jours plus tard, notant que les autorités d’immigration américaines et guatémaltèques avaient resserré les contrôles sanitaires pour empêcher la propagation du virus.

Francisco Molina, secrétaire à la protection sociale de la présidence, a déclaré à l’Associated Press qu’un contrôle sanitaire strict est maintenu avec les mineurs expulsés.

Le ministère des Relations extérieures, par l’intermédiaire de son porte-parole Joaquín Samayoa, a indiqué que les vols se poursuivraient, mais «un dialogue est en cours sur le cas particulier et le programme de vol avec les agences américaines impliquées dans les processus. Il cherche à trouver une solution à la situation actuelle “, a-t-il dit.

Le président Alejandro Giammattei a rapporté dimanche dans le réseau national qu’il y avait jusqu’à présent 35 cas dans le pays et un décès. Le président a indiqué qu’il y avait environ 1 300 personnes en quarantaine car elles auraient pu être exposées.

.