L’Atlas 5 de l’ULA lance le satellite de communication AEHF-6 dans sa première mission pour l’US Space Force

Le lieutenant-général Thompson, commandant du SMC: «Le lancement de l’AEHF est l’un de ceux que nous considérons comme absolument essentiels à la mission.»

WASHINGTON – Une fusée United Launch Alliance Atlas 5 a décollé le 26 mars à 16 h 18 HNE depuis le complexe de lancement spatial 41 à Cape Canaveral Air Force Station, transportant un satellite de communication avancé à très haute fréquence (AEHF-6) de 1,4 milliard de dollars pour le US Space Force.

Il s’agissait du sixième et dernier satellite de la constellation AEHF qui fournit des communications vocales et de données sécurisées et à l’épreuve des brouillages aux dirigeants nationaux américains, aux forces militaires et aux partenaires internationaux du Canada, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de l’Australie. Tous les six ont été fabriqués par Lockheed Martin.

L’Atlas 5 a volé dans la configuration 551 avec cinq boosters de fusée solide montés sur les côtés.

Le lancement devait avoir lieu à 14 h 57, mais une attente imprévue a été appelée à T-moins 46 secondes. Le PDG de l’ULA, Tory Bruno, sur Twitter, a expliqué que la retenue était due à une défaillance de l’accumulateur hydraulique au sol.

«Mauvaise carte d’amplificateur sur un contrôleur de pompe hydraulique du système au sol. Travailler sur une solution », a tweeté Bruno.

Les ingénieurs ULA ont pu résoudre le problème et retirer l’Atlas 5 dans la fenêtre de lancement de deux heures.

Les fusées Atlas 5 ont lancé les cinq premiers satellites AEHF en 2010, 2012, 2013, 2018 et 2019.

Il s’agissait du 138e lancement de l’ULA, le 83e de la fusée Atlas 5 depuis 2002 et le 11e en configuration 551. La mission a également marqué le 500e vol du moteur Aerojet Rocketdyne RL10 qui propulse l’étage supérieur du Centaure. Aerojet a également fourni les cinq propulseurs à fusée solide AJ-60A.

Le lieutenant-général John Thompson, commandant de l’US Space Force Space and Missile Systems Center, a déclaré à SpaceNews dans une interview du 25 mars qu’il était important de lancer AEHF-6 dans les délais malgré la réduction du personnel et d’autres défis liés à la pandémie de coronavirus.

“Le lancement de l’AEHF est l’un de ceux que nous considérons comme absolument essentiels à la mission”, a déclaré Thompson. «Ces satellites sont extrêmement importants pour les communications des dirigeants présidentiels et nationaux en période de crise. Ils sont également essentiels pour les combattants et leurs alliés. »

Le déploiement du sixième satellite garantit que la constellation AEHF restera en service au-delà de 2030, a déclaré Thompson.

En route vers l’orbite finale de l’AEHF, l’étage supérieur de l’Atlas 5 à 16 h 47 a libéré une petite charge utile de covoiturage nommée TDO-2. Le 12U cubesat transportait des charges utiles expérimentales du gouvernement américain qui testeront l’étalonnage optique et les technologies de télémétrie laser par satellite pour la connaissance du domaine spatial.

Le satellite de covoiturage, parrainé par l’Air Force Research Laboratory, a été développé par le Georgia Institute of Technology et intégré par Parsons Corp.

L’étage supérieur du Centaure déploiera AEHF-6 après une côte de cinq heures.