Un conducteur d’Uber à New York est décédé des suites d’un coronavirus après avoir pris un passager malade – .

Selon l’Université Johns Hopkins, il y a eu à ce jour plus de 80 000 cas confirmés de nouveau coronavirus aux États-Unis, ainsi que plus de 1 000 décès.
Parmi ceux qui sont morts du coronavirus COVID-19, il y a Anil Subba, un chauffeur Uber du Népal qui avait la quarantaine et a développé des symptômes du virus après avoir pris un passager malade.
La ville de New York est devenue une sorte d’épicentre du virus aux États-Unis, avec plus de cas confirmés que partout ailleurs dans le pays. Le virus s’y propage également plus rapidement que partout ailleurs.
Visitez la page d’accueil de . pour plus d’histoires.

Un chauffeur Uber du Népal qui avait la quarantaine et vivait dans le quartier de Queens à New York serait mort du coronavirus après avoir récupéré un passager malade.

Ce qui est arrivé à Anil Subba, qui a laissé une femme et trois enfants, reflète l’insécurité et le manque d’avantages tels que l’assurance maladie auxquels sont confrontés les travailleurs des concerts – en particulier ceux qui conduisent pour des sociétés de covoiturage comme Uber et Lyft. Dans le cas de Subba, il a récupéré un pilote à l’aéroport JFK au début du mois de mars qui s’est avéré malade. Il a rapidement développé des symptômes de coronavirus et s’est rendu à l’hôpital il y a environ deux semaines.

Il a dû être raccordé à un ventilateur après que son état se soit détérioré. Plus tôt cette semaine, il est décédé. Son cousin, Munindra Nembang, a déclaré au New York Post que Subba était le seul membre de sa famille qui travaillait, et bien que les choses allaient bien quand il les soutenait, “il est très difficile pour sa famille de survivre maintenant.”

Selon Nembang, il connaît environ une demi-douzaine d’immigrants népalais («la plupart d’entre eux des conducteurs Uber») qui ont également développé des symptômes du coronavirus.

Le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, a publié la déclaration suivante sur la mort de Subba: «Je suis profondément attristé par cette nouvelle. Nos pensées vont aux proches d’Anil et à tous ceux qui souffrent pendant cette période sans précédent. »

Alors que la crise des coronavirus se poursuit sans relâche, Uber et son principal rival Lyft ont pris des mesures qui incluent l’annulation des fonctionnalités de covoiturage, Uber offrant désormais aux conducteurs jusqu’à deux semaines d’aide financière s’ils devaient être contraints de se mettre en quarantaine – ou même s’ils sont diagnostiqués avec le virus. «Les circonstances entourant COVID-19 évoluent rapidement et nous nous attendons à ce qu’elles continuent de le faire au cours des semaines et des mois à venir», a écrit Andrew Macdonald, vice-président directeur d’Uber, dans un article de blog de l’entreprise au début du mois. «Pour nous assurer que nous sommes sensibles à cette réalité, cette politique est en vigueur jusqu’au 6 avril 2020, date à laquelle nous réévaluerons la situation et publierons une politique d’avenir.»

Uber travaille également avec des chauffeurs pour distribuer des produits de nettoyage afin qu’ils puissent désinfecter leurs voitures pour les garder en sécurité, bien que la société reconnaisse que «les fournitures sont très limitées» pour l’instant.

Source de l’image: Seth Wenig / AP / Shutterstock

Andy est un journaliste à Memphis qui contribue également à des points de vente comme Fast Company et The Guardian. Quand il n’écrit pas sur la technologie, il peut être trouvé recroquevillé de manière protectrice sur sa collection de vin en plein essor, ainsi que nourrir son whovianisme et frénésie sur une variété d’émissions de télévision que vous n’aimez probablement pas.

.