Dénonce le vandalisme sportif cubain contre la figure de l’apôtre

14 janvier 2020, 15 h 28 La Havane, 14 janvier (Prensa Latina) Quelques jours seulement après avoir célébré un autre anniversaire de la naissance du héros national cubain, José Martí, le mouvement sportif cubain a dénoncé aujourd’hui le vandalisme perpétré contre son image en action tenue à l’école de formation des athlètes Cerro Pelado.

Les sportifs et les travailleurs du centre rejettent les événements survenus au début de l’année, soulignent l’héritage du professeur et l’importance de l’idéologie martienne dans le processus révolutionnaire cubain.

La jeune gymnaste Daliana Concepción, en représentation de l’Organisation des pionniers José Martí (OPJM), a déclaré que de l’école et de la famille est connue la figure du Maître qui se distingue non seulement pour le caractère unique de son talent ou pour ses compétences exceptionnelles d’écrivain mais car avant tout il a toujours été patriote.

Pour sa part, Idelannis Gómez, président de la Fédération des collégiens de Cerro Pelado, a condamné l’infraction à l’image de notre héros national et a réaffirmé la détermination des athlètes à suivre l’exemple martien qui “ vivait dans le monstre et Il connaissait ses entrailles. Le dirigeant a déclaré que les actes de profanation des bustes de José Martí constituaient un délit à la fois pour la mémoire des dirigeants de la Révolution cubaine et pour tout digne Cubain digne de son héritage.

“Il ne mérite pas d’être appelé cubain qui, étant né sur cette terre tache sa racine la plus profonde, qui au-dessus de toute idéologie dénigre le symbole vivant de notre pensée fondatrice”, a déclaré l’escrimeur Elizabeth Hidalgo, chef de l’Amérique centrale à Barraquilla 2018.

Eglys de la Cruz (tir sportif) et Iván Silva (judo), tous deux multimédalistes mondiaux, panaméricains et centraméricains dans leurs disciplines respectives, ont déposé une offrande florale au monument du héros national situé juste à l’entrée du centre.

Plusieurs bustes de José Martí dans la capitale ont été profanés le 1er janvier de l’année en cours et quelques heures plus tard, les auteurs ont été arrêtés, tandis que d’innombrables réactions de soulagement à de tels événements ont lieu à l’intérieur et à l’extérieur de l’île.

mv / kia