Movistar prend le contrôle des droits de la Ligue des champions de 2021 à 2024

15/04/2020

Agir à 11h57

CEST

Comme Palco23 annonce aujourd’hui, Movistar a repris les droits de la Ligue des champions pour les trois prochaines saisons. Des droits pour lesquels vous paierez plus d’un milliard. Comme indiqué par le portail spécialisé, il ne s’agit pas de la même augmentation que dans d’autres grands marchés, mais l’Uefa a réalisé une appréciation modeste de ses droits audiovisuels en Espagne. Movistar + a remporté la Ligue des champions exclusive dans le pays pour le cycle 2021-2024, comme l’ont confirmé trois sources différentes dans l’industrie. L’accord dépasserait légèrement les 360 millions d’euros par an qu’il verse actuellement à Mediapro, ont ajouté les mêmes personnes connaissant bien l’opération.

C’est la première fois que la plate-forme de télévision payante des télécoms est le propriétaire direct de ce forfaitIl s’agit actuellement d’un achat indirect du groupe dirigé par Jaume Roures et Tatxo Benet. En 2017, il a été imposé dans une offre ferme qui a déjà considérablement augmenté le prix de ces retransmissions, puisque la valeur a plus que doublé par rapport aux 150 millions du cycle 2015-2018.

«Il y avait peu de place pour réévaluer ces droits», explique un cadre du monde audiovisuel. L’aspiration de la confédération était que DAZN force une offre à la hausse sur certains des nouveaux paquets créés, mais le processus a coïncidé avec le déclenchement de la crise des coronavirus, qui a forcé l’OTT britannique à effectuer des ajustements majeurs. Aucune de ces sociétés n’a refusé de commenter.

Ce prix permettra à Movistar + de maintenir son engagement envers le football comme principal élément d’attraction des abonnés. Dans le cas de la concurrence continentale, il reste à voir comment la plateforme va reconfigurer son offre de chaînes, ou si une fois en sa possession, elle misera sur la sous-licence de certains packages à des services tels que DAZN, Mitele ou autres qui pourraient entrer dans le pays.

Avec le nouveau design, les lots ont été répartis comme suit: le premier comprend la première sélection de 16 matchs le mardi soir, tandis que le second est les 16 matchs clés du mercredi et l’exclusivité de la finale de la Ligue des Champions et de la Super Coupe d’Europe. Comme précédemment, le programme hebdomadaire de l’UEFA sur les clubs participant au tournoi y est également inclus.

Le principal changement de l’offre, et où la plus-value était attendue, est le soi-disant package B avec les 104 matchs restants en direct, ainsi que 33 programmes de résumé, tous les matches retardés et les matchs directs de la Ligue de la jeunesse. Et il reste à voir quel rôle Lite pourrait avoir, l’OTT lancé par Movistar + pour attirer des abonnés avec un pouvoir d’achat plus faible et où certains contenus sportifs sont inclus via la chaîne thématique #Vamos.

Ce contrat permettra à Telefónica d’atteindre son objectif de rationalisation des investissements dans les droits sportifs et de concrétiser la maxime « nous sommes prêts à continuer, mais pas à n’importe quel prix ». De cette façon, il gagne également de la marge de manœuvre pour le prochain concours de draft, qui n’est autre que les retransmissions de LaLiga Santander et LaLiga SMart Bank.

Le groupe présidé par José María Álvarez-Pallete a déjà réussi à éliminer la figure intermédiaire de Mediapro lors du concours ouvert en 2018, dans lequel il avait promis de payer 980 millions par an en Espagne pour la première division. Des mois plus tard aussi a pris le deuxième exclusif pour 35 millions de plus par an, comme l’a annoncé ce journal.

Ce nouveau scénario lui a permis d’avoir «le droit de décider, concevoir et développer les contenus, qui ont le sceau Movistar & rdquor; de la saison 2019-2020», selon le groupe dans son rapport 2019, dans lequel laisse entendre que l’arrêt des droits de sous-licence de Mediapro a également entraîné une légère économie du prix des droits. Cela ne signifie pas, cependant, que bon nombre d’entre eux sont produits par Mediapro.

En tout, la société a engagé 3,045 millions d’euros dans le football espagnol, au rythme de 1 015 millions d’euros par saison. On ne sait pas quel objectif minimum doit être fixé par LaLiga, qui espère que Dazn fera une offre pour l’un des lots après l’été dernier, il n’est pas parvenu à un accord pour racheter une partie des retransmissions à Telefónica.

Pallete a défendu son engagement clair envers le football il y a des mois car « cela augmentera la visibilité et la durabilité de notre modèle économique dans les trois ou quatre prochaines années ». Un effort qui a provoqué la démission ou la perte d’autres contenus, tels que MotoGP, Euroligue ou Premier League. En outre, comme l’a annoncé ce journal, la NBA est également à un pas de changer son partenaire audiovisuel en Espagne pour déménager à Dazn comme ces trois compétitions l’ont déjà fait