Flavio Briatore: ‘Rottweiler’ Fernando Alonso était un match pour Michael Schumacher

Date publiée: 27 mars 2020

L’ancien patron de Benetton et Renault Flavio Briatore pense que Michael Schumacher et Fernando Alonso étaient à égalité.

Schumacher, sept fois champion du monde, a remporté ses deux premiers titres sous la direction de Briatore à Benetton en 1994 et 1995.

Briatore a ensuite répété cet exploit en 2005 et 2006 en emmenant Fernando Alonso à des titres consécutifs dans le cadre de Renault, mettant fin à la domination de Schumacher sur cinq ans dans la série.

Et même s’il s’agissait des deux seuls championnats du monde de la carrière d’Alonso, Briatore pense que l’Espagnol était au même niveau que Schumacher.

«Qui est meilleur, Messi ou Ronaldo? Je ne sais pas », a répondu Briatore sur le podcast Beyond the Grid en comparant Alonso et Schumacher.

«Fernando est espagnol mais était moins émotif que Michael. Avec sa relation avec les mécaniciens, Michael poussait tout le monde à la limite, mais Fernando aussi.

“Fernando est une sorte de Rottweiler, vous savez qu’il n’abandonne jamais dans une course.”

Briatore a souligné le Grand Prix de Saint-Marin 2005 à Imola et la bataille entre les deux pour la victoire, finalement remportée par Alonso, comme le point où il a réalisé que les deux pilotes étaient au même niveau.

«Pour moi, il y a eu une course à Imola. Nous avons gagné la course et Michael a terminé deuxième. Vous voyez que ces deux champions étaient fondamentalement similaires », a-t-il déclaré.

“Pour 15 ou 20 tours, Michael [driving for Ferrari] était dans la boîte de vitesses de Fernando. Fernando n’a mis aucune erreur; Michael n’a mis aucune erreur. Incroyable, incroyable, incroyable.

«J’ai toujours eu cette course en tête. Pour moi, il y avait des pilotes très similaires. »

Alonso a quitté la Formule 1 après la saison 2018 et après avoir exploré des défis en dehors de la série, il a confirmé qu’il envisageait un retour possible pour 2021.

Briatore estime que si le joueur de 38 ans revient, alors il peut mener le combat contre n’importe quel pilote dans la bonne voiture.

“A cent pour cent, c’est un Rottweiler, à cent pour cent”, a-t-il expliqué.

«Il y a beaucoup de contrats qui expirent, avec des gens qui montent et qui descendent. Nous verrons.”

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et comme notre la page Facebook.