Robert Kubica n’utilisera pas les pneus comme “ excuse bon marché ” pour 2019

Date publiée: 14 janvier 2020

Robert Kubica a rejeté la suggestion selon laquelle les pneus de Pirelli seraient à l’origine de ses difficultés et celles de Williams en 2019 comme une “excuse bon marché”.

Kubica a fait son retour dans le sport en 2019 après une absence de huit ans, mais l’histoire du retour s’est vite détériorée avec le pilote polonais aux prises avec son coéquipier George Russell dans un terrible FW42.

Russell gagnerait la bataille de qualification 21-0, même si Kubica marquerait au moins son seul point de la saison avec le P10 en Allemagne.

Cette année a été suffisante pour Kubica et il est passé à Alfa Romeo, retournant dans l’équipe basée à Hinwil en tant que pilote de développement, mais il refuse d’utiliser «l’excuse bon marché» de blâmer Pirelli pour 2019.

“Je pense que je suis assez intelligent et assez bon pour comprendre ce que je dois faire avec les pneus”, a déclaré Kubica à Motorsport.com.

«Et pourtant, ce n’est pas un pilote qui choisit la direction à prendre et la façon dont les pneus doivent fonctionner, c’est toujours un travail d’équipe.

«Bien sûr, en fin de compte, c’est le conducteur qui conduit la voiture, mais nous avons exactement les mêmes objectifs et exactement les mêmes choses sur le plan opérationnel en ce qui concerne les pneus.

“Je vois qu’il y a une excuse bon marché pour une saison infructueuse.”

Kubica pense que le manque de feedback de Williams a rendu une saison déjà difficile encore plus difficile.

«J’ai mes opinions sur de nombreux domaines où je pourrais certainement faire mieux, mais je n’ai pas été aidé aussi», a-t-il expliqué.

«Compte tenu des circonstances dans lesquelles nous nous trouvions, il était extrêmement important pour moi de commencer la saison avec une bonne régularité afin de pouvoir construire mon retour sur ce point. Malheureusement, cela ne s’est pas produit.

«Ensuite, il y a eu des occasions où je pouvais jouer et j’ai bien performé, mais elles étaient cachées par certains facteurs externes. Il y a eu des occasions où j’aurais certainement pu faire mieux, et il y avait des occasions où je n’entendais aucune réponse, ou je ne savais pas pourquoi nous étions si peu performants au jour le jour.

«C’est quelque chose de pire, car pour s’améliorer, vous devez comprendre les raisons. Il est inutile d’avoir un médicament pour quelque chose qui ne cause pas votre maladie. “

Les graves blessures que Kubica a subies au bras droit lors de son accident de rallye en 2011 signifient qu’il doit conduire “à 70% pour gaucher”.

Mais, il ne pense pas que ces limitations lui faisaient du mal dans les virages à grande vitesse.

“Parfois, nous voulons faire croire aux gens que la Formule 1 est simple, mais ce n’est pas le cas”, a-t-il déclaré.

«Il y a beaucoup de facteurs qui ont une grande influence sur le résultat final ou sur les chiffres que vous voyez sur l’horloge [stopwatch].

“L’un des facteurs qui n’influencent pas est en fait mes limites en haute vitesse [corners].

«Il est vrai qu’il y avait parfois de grandes variations, mais il est également vrai que lorsque vous manquez d’adhérence, il est normal que vous perdiez plus dans les zones plus difficiles.

«Vous perdez également plus lorsque vous avez deux ou trois virages consécutifs qu’un seul virage, qu’une ligne droite.

“C’est le fait. C’est quelque chose où je suis sûr que mes limites n’influencent pas ma conduite, dans ce type de domaines. “

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et comme notre la page Facebook.