Vettel: J’ai acheté une plate-forme de simulation

Sebastian Vettel n’a jamais fait partie des médias sociaux ou a eu beaucoup de temps pour les esports, mais même le quadruple champion du monde a changé d’avis, même légèrement, sous le verrouillage du coronavirus de Formule 1.

Bien que le pilote Ferrari de 32 ans ne soit toujours pas tenté à distance par Twitter ou Instagram, il a acquis une plate-forme de jeu. Il reste à voir jusqu’à quel point les Allemands l’utilisent.

Les rivaux, y compris son coéquipier monégasque Charles Leclerc, qui s’est lancé avec enthousiasme dans la course virtuelle en l’absence de toute action sur piste réelle, peuvent probablement rester tranquilles.

“La vérité est que je n’avais pas de simulateur jusqu’à il y a quelques jours donc je n’ai pas été tenté parce que je n’en avais pas la chance”, a déclaré Vettel aux journalistes lorsqu’on lui a demandé lors d’une session en ligne sur tout intérêt pour les sports électroniques.

«J’ai entendu beaucoup de choses, alors j’ai pensé que je pourrais en obtenir un et l’essayer, mais je dois tout de même le configurer correctement», a-t-il ajouté.

Leclerc, deux fois vainqueur la saison dernière qui a également terminé devant Vettel au classement, a remporté le Grand Prix virtuel du Vietnam ce mois-ci lors de ses débuts dans la nouvelle série de courses de F1 esports.

Max Verstappen et Alexander Albon de Red Bull, Lando Norris de McLaren, Antonio Giovinazzi d’Alfa Romeo et le couple Williams de George Russell et Nicholas Latifi ont également gardé les mains en ligne en attendant le début de la saison.

Jusqu’à présent, sept courses de Formule 1 ont été reportées et les organisateurs parlent d’un calendrier réduit qui pourrait se prolonger jusqu’en janvier.

“En général, je ne prévois pas de carrière dans la course sur sim”, a déclaré Vettel.

“Je pense que c’est plus quelque chose à essayer pour le plaisir. J’ai grandi avec certains trucs et j’ai joué à certains jeux, mais pour être honnête depuis que j’ai des enfants, ce n’est pas la première chose à faire sur ma liste », a ajouté le père de trois enfants.

“Je suis conscient que certaines personnes le prennent très au sérieux et y passent beaucoup de temps, mais j’aime aussi faire d’autres choses.”

Vettel et l’ancien coéquipier Kimi Raikkonen, maintenant avec Alfa Romeo et le plus vieux pilote sur la grille à 40 ans, sont similaires en ce qu’ils vivent tous les deux en Suisse et protègent étroitement leur vie privée.

Le pilote Ferrari a clairement indiqué qu’il n’était pas sur le point de développer un compte Twitter.

“Je n’ai pas progressé sur les réseaux sociaux”, a-t-il déclaré. “Je n’avais pas le temps. C’est quelque chose que je n’ai jamais commencé, donc je n’ai pas l’impression de le manquer. “

.