Les propriétaires d’UFC à Endeavour imposent des licenciements et des compressions à l’échelle de l’entreprise en raison de la pandémie de coronavirus

Le président de l’UFC, Dana White, a fièrement déclaré qu’aucun de ses employés n’avait été licencié en raison de l’épidémie de coronavirus, mais cela pourrait changer à la suite d’une série de coupures révélées mercredi.

Endeavour – le principal propriétaire de l’UFC – a envoyé une lettre aux employés les informant des licenciements et des compressions consécutives à la pandémie actuelle qui continue de paralyser les entreprises à travers le monde.

Comme indiqué pour la première fois par Deadline, Endeavour licenciera 250 employés, principalement à des postes opérationnels du personnel qui ne peut pas effectuer son travail à domicile. Les employés licenciés comprennent le personnel des hôtels et restaurants appartenant à Endeavour ainsi qu’un nombre plus restreint de licenciements à l’agence WME. Des réductions de salaire sont également en cours d’évaluation pour tous les employés restants.

Le co-PDG d’Endeavour, Ari Emanuel, a informé les employés des modifications apportées dans une lettre envoyée mercredi. Emanuel a ajouté que lui et le co-PDG Patrick Whitesell ne toucheront pas de salaire en 2020.

«Nous sommes en train d’évaluer nos opérations à l’échelle mondiale pour élaborer un plan qui protégera l’entreprise tout en limitant l’impact sur le plus grand nombre d’employés possible», a écrit Emanuel dans sa lettre aux employés. «En plus des efforts de réduction des coûts décrits il y a quelques semaines, nous mettrons en œuvre un certain nombre de mesures supplémentaires à partir de cette semaine et jusqu’en avril qui affecteront la rémunération et certains emplois dans l’entreprise.

«Les effets sur chaque entreprise varieront et vous recevrez plus de détails de la part de vos dirigeants respectifs, dans la mesure où l’une de ces décisions pourrait vous affecter. Dans ce cadre, Patrick et moi ne prendrons pas de salaire pour le reste de 2020. »

En 2018, Emanuel et Whitesell ont tous deux gagné un salaire de base de 1 million de dollars chacun.

Endeavour a également mis un terme à un événement de liquidation où les partenaires seraient autorisés à retirer jusqu’à 20% de leurs fonds propres.

Le président de l’UFC, Dana White, est allé sur Instagram après l’envoi de la lettre d’Emanuel selon laquelle aucun employé de l’UFC ne ferait partie des licenciements à venir.

“Personne ne perdra son emploi à l’UFC”, a déclaré White. «Personne ne se fait licencier. Ça n’arrivera pas. L’autre côté d’Endeavour a licencié certaines personnes. Je ne licencie personne. Ça n’arrivera pas.”

L’UFC prépare actuellement un retour à l’action le 18 avril avec l’UFC 249, un paiement à la vue illustré par une lutte pour le titre très attendue entre le champion des poids légers Khabib Nurmagomedov et Tony Ferguson. Un lieu n’a pas encore été annoncé pour l’événement.

À l’heure actuelle, l’UFC reste une bouée de sauvetage pour l’ensemble des activités d’Endeavour grâce à un accord lucratif sur les droits de diffusion avec ESPN qui continue de fournir des capitaux pendant une période où l’industrie du divertissement est au point mort en raison de l’épidémie de coronavirus.

Comme indiqué précédemment, Endeavour a récemment été placé sous «CreditWatch» car l’entreprise devrait subir des pertes importantes à la suite d’événements en direct dans de nombreux secteurs mis en attente. Endeavour a toujours une dette énorme à rembourser après avoir acquis de nombreuses sociétés au cours des dernières années, aucune de plus grande que l’UFC, qui a été achetée en 2016 pour un prix d’un peu plus de 4 milliards de dollars.